Environnement : jusqu’où les vacanciers sont-ils prêts à aller ? –

Environnement : jusqu’où les vacanciers sont-ils prêts à aller ? –

Les questions liées à l’environnement poussent-elles les vacanciers à changer leurs habitudes ? Le cabinet Protourisme a décidé de mettre les pieds dans le plats, en posant directement la question aux principaux intéressés. Car si le sujet est dans désormais dans toutes les têtes, le passage à l’acte n’est pas encore systématique… Loin de là. 72,9% des personnes sondées indiquent en effet que les questions liées à l’environnement n’ont rien changé à leurs habitudes. 

A l’inverse, 27,1% déclarent avoir modifié leurs projets de vacances en raison des questions environnementales. Comment ? D’abord en changeant de mode de transport : 56,1% (parmi les 27,1%) ont ainsi décidé de renoncer à prendre l’avion, 61,7% ont choisi d’opter pour le train et/oule covoiturage. Autre alternative : partir moins loin. C’est le choix effectué par 61% des répondants, quand 44,1% renoncent à partir à l’étranger. Mais c’est surtout du côté de l’hébergement et des activités que les vacanciers envisagent de faire des efforts : 71,2% décident d’opter pour un hébergement écologique, et 84% prévoient d’effectuer des activités peu impactantes pour l’environnement.

200 000 vacanciers ont renoncé à prendre l’avion
Les partants à l’étranger sont seulement 30% à fin juin pour juillet/août contre un tiers qui envisageait de partir en avril, soit 900 000 de moins, analyse le cabinet Protourisme. Et 200 000 vacanciers ont renoncé à prendre l’avion, faisant ainsi écho à la montée en puissance du « flightshame ».

Au global, 15% des vacanciers disent renoncer à prendre l’avion (56,1% des 27,1%), 17% privilégient le train, 16% partent moins loin, 12% renoncent à partir à l’étranger, rapporte le cabinet Protourisme. 19% privilégient des hébergements écologiques (campings, labels…), et 23% choisissent des activités peu impactantes pour l’environnement.

Dans quelle mesure l’engagement des opérateurs dans une démarche environnementale est-il un critère de décision entrant dans le choix des vacances ? Cela peut jouer pour 59,2% des voyageurs, mais 40,8% disent ne pas y être sensibles.

Dans quelle mesure, enfin, les vacanciers sont-ils prêts à mettre la main au porte-monnaie pour des vacances éco-responsables ? 70% avouent ne pas être disposés à débourser beaucoup plus pour des vacances éco-responsables. Mais plus d’un quart des personnes sondées se disent prêtes à payer entre 5 et 10% de plus, et plus de 5% sont d’accord pour payer plus de 10%.

Sourced through Scoop.it from: www.lechotouristique.com

By | 2019-07-16T10:26:42+00:00 July 16th, 2019|Scoop.it|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.