Scoop.it

Station F lance le premier incubateur centré sur la blockchain en Europe, Aides et Réseaux

Le campus parisien parrainé par Xavier Niel lance ce lundi « Chain Accelerator ». Une majorité de projets français ont été sélectionnés, dont Talao.C'était devenu une évidence, surtout pour  Station F . Après plusieurs mois de tractations et de négociations, le célèbre campus parisien dédié aux start-up a décidé de se lancer dans la blockchain avec un incubateur dédié aux jeunes pousses du secteur.Cette nouvelle structure baptisée « Chain Accelerator » est une première en Europe. Le but affiché est de fournir aux entreprises de la blockchain l'environnement le plus favorable. « L'aura et les moyens de Station F sont un atout énorme pour les start-up », confirme Nicolas Cantu, cofondateur de Chain Accelerator.Ledger et Havas partenairesLe projet d'incubateur est né fin 2017 au moment de l'explosion des cryptomonnaies. A l'époque, les « crypto » connaissent une croissance fulgurante. En décembre, le bitcoin frôle les 20.000 dollars et des centaines de start-up, notamment en France, s'intéressent à la blockchain, la technologie sous-jacente des cryptomonnaies.Lire aussi :>  La blockchain, le nouvel eldorado des entreprisesLe problème, c'est que beaucoup de start-up ont vite rencontré des soucis juridiques, financiers et même techniques pour développer leur activité. « Il y a une demande énorme de start-up qui ont des projets réfléchis et aboutis, mais qui rencontrent des obstacles pour aller au bout », explique Nicolas Cantu, qui fait partie de l'un d'eux.L'idée de Chain Accelerator est justement de fournir les outils nécessaires pour se développer. Déjà, 14 jeunes pousses ont été sélectionnées par le panel de « mentors » de l'incubateur et ont rejoint l'aventure, qui compte parmi ses partenaires des entreprises comme Ledger, Havas Communication ou Le Pôle Leonard de Vinci.

By | 2018-06-18T15:27:26+00:00 June 18th, 2018|Scoop.it|0 Comments

Kat Borlongan dévoile sa feuille de route au Web2Day – Maddyness – Le Magazine des Startups Françaises

La nouvelle directrice de la French Tech l’a répété à plusieurs reprises : la diversité doit être partie intégrante du projet de la mission dont elle a pris les rênes. Et elle compte bien aider les entrepreneurs à élargir le champ de leurs possibles, quels que soient leur origine, leur lieu de résidence ou leurs moyens. « S’il y a une barrière géographique ou financière qui empêche les meilleurs talents de faire ce qu’ils veulent faire, nous devons la lever », a ainsi souligné Kat Borlongan. Elle a d’ailleurs annoncé que le fonds dédié mis en place par la French Tech à l’échelle de la région Île-de-France sera doublé pour pouvoir couvrir tout le territoire national.Rester au contact du terrainPas question pour la nouvelle égérie de la French Tech de se déconnecter de cet écosystème si dynamique pour plonger dans les affres de l’administration. Et si Kat Borlongan reconnaît que les entrepreneurs prennent parfois la French Tech pour « une conciergerie », elle juge plutôt cela bon signe. « L’idée est de faciliter les choses pour les startups. Pour cela, il faut être au courant de ce qui se passe dans nos entreprises pour régler les problèmes auxquels elles font face, même s’ils ne relèvent pas exactement de notre compétence au départ. »

By | 2018-06-18T15:16:28+00:00 June 18th, 2018|Scoop.it|0 Comments

Unilever’s St. Ives Mixing Bar Invites DIY Beauticians

The St. Ives Mixing Bar features hundreds of unique ingredient combinations, including rose water, yuzu, kiwi, pink grapefruit, and more. A new mineral shimmer can be added to any combination of ingredients to create a fun body lotion for summer. Exclusive retail products such as bath bombs, lip scrubs, and hand creams will be available for purchase along with the brand’s Iconic Apricot rollerball fragrance.The St. Ives Mixing Bar will also feature an e-commerce channel, to allow consumers across America to place orders. The site will be “open for business” June 15th through December 31st.

By | 2018-06-18T15:15:31+00:00 June 18th, 2018|Scoop.it|0 Comments

Getting Customer Experience Right

“Hyper-relevance requires an ingredient that traditional personalization methods have typically lacked, and that’s context,” said Kevin Quiring, managing director at Accenture Strategy. “That’s a deep understanding of the reason that a customer is shopping, is evaluating, is requiring service around a product, and that context is very difficult to get to because it means understanding the circumstances [of the consumer].”Currently, most marketers are not looking at context as part of their segmentation strategy. A study conducted by CMO Council and RedPoint Global in March 2018 found that a majority of respondents segmented their audiences according to basic demographic attributes, as well as behavioral data like search and past purchases. But just 11% were using intent analysis, and only 22% used psychographic data for segmentation. Marketers may be taking behavior into account, but they’re largely ignoring context and emotion.

By | 2018-06-18T14:13:10+00:00 June 18th, 2018|Scoop.it|0 Comments

How blockchain is disrupting loyalty

The idea behind Kin is to give users the chance to earn and spend within the Kik platform. This means brands can reward users with small amounts of Kin for completing simple tasks such as answering questions in a survey or creating themed content such as stickers or GIFs.Alec Booker, Kik B2B communications manager, explains that as a consumer-tech company, the received wisdom says you have to monetise your user base through adverts, but this does not work for everyone.“This ‘centralised’ business model put advertisers directly in conflict with users on our platform – advertisers want you to view ads to make money; users don’t want to see ads,” explains Booker.This was the reason the messaging platform first started experimenting with digital currency in 2014, launching the Kik Points pilot programme to test user appetite to earn and spend using a crypto-coin. The resulting points programme generated a daily transaction volume three times the size of the then global volume of Bitcoin, suggesting the community was ready to adopt a crypto-coin.Kik went live with its ICO last September, raising nearly $100m (£72m) from more than 10,000 people across 117 countries.

By | 2018-06-17T21:18:11+00:00 June 17th, 2018|Scoop.it|0 Comments

AI Made a Movie With a ‘Silicon Valley’ Star—and the Results Are Nightmarishly Encouraging

THERE’S REALLY NO nice way to put this: In his new film, Zone Out, Silicon Valley star Thomas Middleditch makes you want to do just that. It’s not simply that he talks about having sex with a jar of salsa, it’s also that he looks absolutely ghastly. His face appears to flicker in and out of the head that houses it; his mouth, normally in a wry downturn, droops and then disappears. His co-star, Elisabeth Gray, doesn’t fare much better: a mustache—someone else’s—finds a home above her lips.The director of the film, who goes by “Benjamin,” was not available for comment. Benjamin is an AI—one that created Zone Out in a matter of 48 hours, piecing it together out of thousands of hours of old films and green-screen footage of professional actors. The resulting movie, created for a two-day AI filmmaking challenge, is not going to win awards.But it’s still impressive. And the real live humans who made Benjamin are taking steps toward automating video creation at a time when artificial intelligence and face-swapping technology are enabling a sketchy line-blur between what’s real and what’s not. Fictional narratives, you could say, are never real, but the people who write them, direct them, and portray characters in them are. Benjamin changes that.

By | 2018-06-17T21:10:28+00:00 June 17th, 2018|Scoop.it|0 Comments

Inside Amazon’s Painstaking Pursuit to Teach Alexa French

MOVING TO A new country can be hard. You don’t know the language. Cultural differences create conversational landmines. And you just can’t be sure that everyone will like you. As it turns out, that as true for people as it is for Amazon’s Alexa voice assistant, which officially sets up residence in France today.Amazon announced its expansion into France last week. The first wave of Echo devices ships today. But the task of prepping Alexa for its debut there began much longer ago. And how it learned not just a new language but an entirely new set of perspectives and priorities can tell you a lot about how Amazon will translate its homegrown voice assistant into a global success.

By | 2018-06-17T21:10:16+00:00 June 17th, 2018|Scoop.it|0 Comments

UP Magazine – L’IA, au service de l’entreprise augmentée

Le marché de l’IA est florissant et comprend aujourd’hui une variété de technologies et d’outils qui facilitent la décision humaine : agent virtuel, reconnaissance faciale, reconnaissance d’images etc… et révolutionnent l’expérience et les services clients. L’impact à terme : une véritable transformation des interactions clients/marques, des gains de productivité améliorés et une expérience client « augmentée » personnalisée, sans couture et simplifiée. Ce rapport, réalisé en partenariat avec IBM, vise à fournir les clés de compréhension et à présenter la réalité des premières adoptions et retours d’expérience liés à la mise en œuvre de l’IA par les marques dans le domaine de la relation et des processus client.Après avoir dressé un état des lieux de ce marché, l’étude détaille diverses applications sectorielles, puis s’attache à définir le potentiel vertueux de l’IA au-delà de la sphère strictement marchande. Ce HUBREPORT Future of Artificial Intelligence plaide pour une vision humanisée et un usage responsable de l’IA, qui vise à augmenter les capacités humaines et non pas à les remplacer. Si la technologie est neutre, ce sont bien les hommes qui en définissent les usages.

By | 2018-06-17T21:09:49+00:00 June 17th, 2018|Scoop.it|0 Comments

UP Magazine – GAFA : La grande distribution française dans la gueule du loup ?

Le pacte avec Google sauve la mise de Carrefour mais fait entrer le groupe sous la dépendance de la plus grande plateforme numérique américaine. Cette association soulève en effet plusieurs questions sur les concessions acceptées par l’enseigne de distribution. Ainsi, les transactions se faisant dans l’environnement de Google, ce n’est pas le distributeur qui facturera les acheteurs. Par ailleurs, selon le journal Le Monde, l’accord « semble prévoir une rémunération de l’intermédiaire, par exemple par un pourcentage des achats payés, même si Google refuse de s’exprimer sur le montant et la nature du partage de la valeur. » De plus, la mainmise de Google sur l’organisation informatique des transactions implique que celui-ci aura accès à toutes les données des clients ainsi qu’à leurs habitudes d’achat. Certes, contrairement à Monoprix qui a accepté que les commandes soient livrées par Amazon, Carrefour reste encore maître de toute la logistique de livraison. Jusqu’à quand ? Enfin, Carrefour accepte de miser toute son infrastructure informatique, y compris bureautique, sur les solutions de Google et Google Cloud. Une dépendance majeure qui se traduit par la formation de tous ses collaborateurs aux produits Google. Un réel danger car Google aura accès à tous les arcanes de la gestion de Carrefour. Petits secrets et grandes stratégies seront mis au pot commun avec un acteur qui ne cache pas, comme Amazon, ses ambitions de maîtriser l’ensemble du commerce mondial. Ces géants du numérique ont non seulement un appétit féroce, mais ils ont aussi largement les moyens de le combler. En 2017, Amazon a ainsi déboursé sans broncher  la somme colossale de 14 milliards de dollars pour acquérir le distributeur bio Whole Foods. 14 milliards de dollars, c’est l'équivalent de la capitalisation boursière de Carrefour, et deux fois plus que celle de Casino ! Un risque aussi de dépendance aux choix techniques et stratégiques de Google, et de lui seul, sans aucune alternative envisageable. Les expériences récentes ont montré comment les GAFA pouvaient modifier à leur guise les règles du jeu en fonction de leurs intérêts et impacter des pans entiers de l’économie. Les professionnels de la publicité en savent quelque chose. Leur pérennité est menacée par des changements récents et brutaux dans les pratiques de Google à l’égard des éditeurs européens. L’ensemble du secteur de la publicité numérique qui ne peut exercer son activité sans les services de Google s’en trouve fortement impactée. Seul gagnant ? Google qui occupe déjà plus de 80 % du marché de la publicité digitale. Malgré ces risques, Carrefour, tout comme les autres distributeurs, ont-ils le choix ? Quelle alternative à ces alliances faustiennes avec des géants devenus incontournables ? Malgré les polémiques sur la fiscalité des GAFA, sur leurs pratiques à l’égard de nos données personnelles, sur leur puissance démesurée qui dépasse parfois celle des États, l’équivalent d’un Google européen n’existe pas. Pour qu’un groupe français comme Carrefour puisse se développer et continuer de rayonner à l’international, il n’a qu’un choix possible : s’allier avec un géant américain. Pour le meilleur comme pour le pire.

By | 2018-06-17T21:09:40+00:00 June 17th, 2018|Scoop.it|0 Comments

Ni avec toi, ni sans toi

Les annonceurs ne sont pas satisfaits de leurs agences. Leurs prestataires ne sont plus à la hauteur de leurs besoins.   C’est ce que vient de révéler une enquête realisée par le WFA (World Federation of Advertisers). Ses conclusions sont basées sur les réponses de 50 annonceurs internationaux, et de vingt-six agences uniformément répartis sur 50% du territoire mondial.  Des annonceurs mécontents… En effet, 60 % des clients interrogés révèlent qu’ils souhaitent réduire le nombre de leurs prestataires, mais paradoxalement, 50% indiquent qu’ils recherchent aussi à accroître le nombre de partenaires “ par spécialités “. Enfin si les annonceurs se disent mécontents, ils ne se voient pas, à 82%, vivre sans le conseil des agences, garde-fous indispensables…  ...Mais responsables aussi Ces derniers admettent à 40% ne pas donner les informations nécessaires à leurs agences, manquer de personnel pour assurer la fluidité des process, et de clarté dans leurs briefs… Ce qui, ils le reconnaissent à 52%, aurait un impact négatif sur le travail de leurs agences. Il y a donc du chemin à parcourir, et de nouveaux fonctionnements à trouver, "  d’autant que nous avons à faire à un changement radical chez les consommateurs, qui n’appréhendent plus le monde des marques comme par le passé ", explique Roel de Vries, Corporate VP, Global Head of Marketing, chez Nissan.

By | 2018-06-17T20:55:53+00:00 June 17th, 2018|Scoop.it|0 Comments