Chef Rémy

About Chef Rémy

This author has not yet filled in any details.
So far Chef Rémy has created 3214 blog entries.

81 Countries Are Now Exploring Central Bank Digital Currencies — 5 CBDCs Fully Launched – Regulation

81 Central Banks Explore Launching Own Digital Currencies The Atlantic Council’s Geoeconomics Center unveiled a new central bank digital currency (CBDC) tracker featuring an interactive database last week. The Geoeconomics Center described itself as “a nonpartisan organization that galvanizes U.S. leadership and engagement in the world, in partnership with allies and partners, to shape solutions to global challenges,” its website states. The original version of the CBDC tracker, launched in April last year, has been used by the U.S. Federal Reserve and the Bank of International Settlements (BIS), the center claims, adding that according to the new tracker: 81 countries (representing over 90 percent of global GDP) are now exploring a CBDC. In our original report published in May 2020, only 35 countries were considering a CBDC. The center noted that “Of the countries with the 4 largest central banks (the U.S. Federal Reserve, the European Central Bank, the Bank of Japan, and the Bank of England), the United States is furthest behind” in developing a state-backed digital currency. Federal Reserve Chairman Jerome Powell said in February that the digital dollar was a “very high priority” for the Fed. However, he emphasized the need to “get it right,” instead of rushing to launch a digital dollar, particularly to compete with China’s digital yuan. Nonetheless, the chairman recently said, “you wouldn’t need stablecoins, you wouldn’t need cryptocurrencies if you had a digital U.S. currency. I think that’s one of the stronger arguments in its favor.” Meanwhile, “5 countries have now fully launched a digital currency,” the Geoeconomics Center added. They are the Bahamas, Saint Kitts and Nevis, Antigua and Barbuda, Saint Lucia, and Grenada.

By |2021-07-25T16:18:13+00:00July 25th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Le groupe hôtelier Pavilions Hotels & Resorts accepte la crypto monnaie

Le groupe hôtelier international The Pavilions Hotels & Resorts annonce qu’il accepte la crypto monnaie pour les réservations. Le groupe est associé à la passerelle mondiale de crypto-paiement, Coindirect, permettant aux clients de payer avec Bitcoin, Ethereum et 40 autres devises virtuelles, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Des hôtels en Asie et en Europe Les paiements par crypto-monnaie sont disponibles pour les réservations directes via chaque centre de réservation d’hôtel à partir du 7 juillet 2021. Prochainement, il sera également disponible sur les moteurs de réservation de sites Web.  Le groupe dont le siège est situé à Hong-Kong possède des hôtels en Asie (Bali, Phuket, Mongolie, Niseko,…) et en Europe (Rome, Madrid, Amsterdam). « Les expériences personnalisées sont au cœur de notre ADN » présente Gordon Oldham, fondateur et propriétaire de The Pavilions Hotels & Resorts. « Permettre cette flexibilité dans les paiements combinée à la sécurité et à la tranquillité d’esprit de nos clients est la prochaine étape des services personnalisés et sur mesure » dit-il. Les Pavilions Residences, qui sont disponibles à la vente dans les complexes de Phuket et Niseko du groupe, accepteront également les crypto-monnaies pour la vente de propriétés.

By |2021-07-25T13:33:31+00:00July 25th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Renault mobilise les médias sociaux pour son offre de services Mobilize

Renault mise sur les réseaux sociaux pour l’expansion de Mobilize, sa marque de services de mobilité. La marque Mobilize s’exprimera sur trois plateformes sociales Twitter, Instagram et LinkedIn. Rassembler tous les acteurs de la mobilité, de la data et de l’énergie La stratégie sociale vise à rassembler tous les acteurs de la mobilité, de la data et de l’énergie de demain. Les réseaux sociaux seront un hub d’expérimentation et d’innovation à part entière. Ils seront un espace où Mobilize veut catalyser les conversations sur le futur de la mobilité. Mobilize se dote de la signature sociale #WeAreMobilizers. Les premiers pans de cette nouvelle stratégie sont présentés depuis juin. L’expression sociale a été utilisée à l’occasion du salon VivaTech, du 16 au 19 juin 2021, auquel participait Mobilize. Un live sur le média social vidéo Twitch et une centaine de contenus ont été déployés, générant 4 millions de reach sur les trois premiers jours.  Mobilize a fait partie du Top 10 des marques les plus citées et retweetées à VivaTech. Le social media est l’outil de communication retenu pour encourager les nouveaux usages, et pour bâtir les services de demain avec l’ensemble des cibles et de l’écosystème de Mobilize.

By |2021-07-25T13:32:58+00:00July 25th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Jeff Bezos Goes to Space. Day Three: Reentry | WIRED

This month has been all about how viewing the Earth from space—even the dicey definition of “space” from a barely-there demarcation of either 50 or 60 miles—will change your life, make you realize that we’re all in this together, and put you face-to-face with God, without a Covid mask. That was readily apparent when Bezos and his three crewmates on Blue Origin’s New Shepard suborbital rocket returned from their 10-minute journey. All four agreed that space was an awesome, life-changing experience. In his first broadcast interview, Bezos first said that it was so overwhelming that he didn’t have the verbal skills to express it—maybe only a poet could do that. Later, in a postflight press conference, he attempted it. “OH MY GOD!” was his first reply to the question on how it felt. Then he got very quiet and tried to describe a feeling where, almost like the end of Kubrick’s 2001, space had taken him to a primal restoration of the human state. “It felt so normal, even as if humans were evolved to be in that environment, which I know isn’t possible, but it felt so serene, and peaceful.” And sure, Bezos cares deeply about the environment—he’s put $10 billion into a climate fund—but he really didn’t get how fragile the Earth was until he peered down on it from above the Kármán line. “The most profound thing for me was looking at the Earth, and looking at the Earth’s atmosphere,” he said. “When we’re driving around in our cars, the atmosphere is so gigantic, and we’re tiny things, and the atmosphere is so big. But when you get above it, you see it’s incredibly thin! It’s this tiny little fragile thing. It’s one thing to recognize it intellectually; it’s another thing to see it.” This came on the heels of similarly dreamy exclamations by another space billionaire, Richard Branson, who also portrayed his own self-financed suborbital jaunt as something beyond human language. “I’m never going to be able to do justice to it,” he said at his own press conference. “It’s indescribably beautiful.” A word he kept using was “inspiration”—space, in his view, was not an infinite void but a life-changing mountaintop that symbolizes what humans could accomplish. Even Virgin’s lead operations engineer, Colin Bennett, who was on the flight, hopped onto the awe train, depicting space as kind of a heaven. “It’s very zen,” he said. “It’s very peaceful up there as well. What jumped out at me were the colors and how far away it looked … I was just mesmerized.” Space travel, it seems, is all about inspiration, beauty, and returning … to our natural state? Of course, we’ve already heard plenty about the intangible magic of gazing down at Earth from NASA astronauts who happened to experience spiritual moments in the course of their work. But as people increasingly visit space not to work, but to indulge in a life-changing experience, revelation moves from a serendipitous side effect to the point of the matter. The premise of space tourism isn’t exactly guaranteed satori, but it’s certainly implied. (That, and a lot of fun floating around. Video from RSS First Step, the capsule of New Shepard, showed the crew tumbling and playing, tossing a ball, and pitching gravity-free Skittles at each other.) But even as Jeff Bezos was gushing about the amazeball-ness of his flirtation with space, the fact is that ultimately, all of that mumbo jumbo is secondary to him. The thrills and revelations of space travel are but enablers of the main reason he started Blue Origin: to begin a journey on which millions of human beings would leave the Earth to live and reproduce in space colonies, extending our species to over a trillion souls. He was explicit about it when I spoke to him in 2018: “I like the adventure of space; that's great,” he said. “But that pales in comparison to the importance of making sure that our grandchildren's grandchildren don't face a life of stasis. Basically, we have a choice to make as a civilization, which is, Do we expand into the solar system or do we accept stasis here on Earth? There have been many reasons over the years that people have given for why we need to go to space, and this is the only one that I personally find super motivating.” Yesterday at his postflight press conference, he repeated the message, though tactically avoided explicit talk of space colonies. “What we are doing is not only adventure,” he said. “It’s also important. Because what we are doing is something big … We’re going to build a road to space so that our kids—and their kids—can build a future.” He went on to insist that his goal wasn’t escaping Earth, but saving it, as it’s “the only good planet in the solar system.” But as I understood him from hours of conversation in 2018, he sees Earth as a preserve, a haven, that can be conserved once destructive manufacturing is moved to the unimaginable vastness of space, so the natural ecology can prosper. People still living here will be Earth’s caretakers. The huge population of humans living in lush galactic colonies—think not of the cramped International Space Station, but massive verdant structures with lakes, shopping malls, and stadiums—can return to their home planet for visits or residencies. This is the dream Bezos has nurtured since high school, when he idolized futurist Gerald O’Neill, who popularized the space colony vision, and the future Blue Origin founder even devoted his own high school graduation speech to the subject. Space tourism, as he said yesterday, is a small step toward that. His goal is to catalyze a mighty industry of space businesses. While his competitive juices lead him to compete with Virgin Galactic and especially SpaceX, his rival for government contracts, he’s rooting for them because he believes that an infrastructure for space ventures will advance that very long-term dream, which he believes is inevitable if civilization is to prosper. Seen in that light, Bezos’ emphasis on enlightenment was business. If you are going to charge people hundreds of thousands of dollars for a suborbital ride, it helps to be offering more than an adult bounce house. Bezos says Blue Origin has already lined up $100 million in passenger commitments, will do two more flights this year, and hopes to step up the cadence. Practice in launching and reusing rockets and settling into a routine flight schedule will help Blue Origin, and others, bring down the price, concoct innovations, and eventually develop that space infrastructure Bezos wants. Once it’s built, entrepreneurs will be able to enter the field with much less capital. We’ll have bustling business in all sorts of new satellite technologies, and, as the action shifts beyond orbiting to the moon and planets, off-Earth manufacturing will become possible. At least, according to the Bezos, that’s the dream. And that’s why I feel that, even though the achievement of suborbital space was pretty much accomplished and shelved in 1961, the flight of New Shepard in the Texas desert this week was worth our close attention. “This is going to take decades—this is a big vision,” Bezos said yesterday. “Big things start small, and this is how it starts.” I’m not quite sure that I buy into his arguments that so much of humanity has to live off the planet to thrive. And I’m bothered that, right now, private space travel is the plaything of billionaires. But the world’s richest man and one of the smartest, a man who has built one of the world’s biggest businesses, is seriously pursuing what would literally be a world-changing process. That’s a hell of a story.

By |2021-07-25T09:04:16+00:00July 25th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Crypto Experts Predict Bitcoin Price Rising to $318,417 by December 2025 – Markets and Prices

A panel of crypto experts has predicted that the price of bitcoin will rise to $318,417 by December 2025. The most bullish expert believes that the price of the cryptocurrency will reach $160,000 by the end of the year. Meanwhile, 54% of them think that hyperbitcoinization will happen by 2050. Crypto Experts Share Bitcoin Price Prediction Finder, a major product comparison website, has conducted a study to find out the future outlook of bitcoin as its popularity grows. “As awareness of cryptocurrencies continues to spread, all eyes are on bitcoin’s price. So we asked our panel of 42 cryptocurrency experts what’s in store for the coin,” the company detailed last week. The panelists include crypto asset managers, executives of crypto exchanges and other service providers, crypto analysts, professors, and lecturers at universities. Among various topics discussed was what the price of bitcoin will be at the end of the year and a few years from now. Finder detailed: While there may be some medium term price depreciation, the panel predicts that by December 2025, the price of BTC will go up to $318,417. The company added, “This is 61% higher than the panel’s end-of-2025 prediction in December 2020, but 12% lower than that in April.” Furthermore, the “Panelists predict that by December 2030, the price of bitcoin will go up to a whopping $4,287,591 per BTC. However, the average is skewed by outliers – when we look at the median price prediction, the 2030 price forecast comes down to $470,000,” Finder wrote. As for what the price of bitcoin will be at the end of the year, the majority of panelists (61%) said bitcoin is currently undervalued and on average the panel expected the price of the cryptocurrency at the end of 2021 to reach $66,284 per coin. Morpher CEO Martin Fröhler was the most bullish about the price of bitcoin on the panel. With a year-end prediction of $160,000 per BTC, he opined: Adoption by corporations and institutional investors paired with a loose monetary policy and high asset inflation will propel bitcoin to 6 figures before the end of this year. The next halving cycle will see increased adoption of bitcoin as a legal tender by developing countries, and until 2030, bitcoin will have replaced gold as a global reserve asset. Wave Financial senior trader Justin Chuh gave a lower-than-average price prediction of $56,000 for the year end. Nonetheless, he expressed confidence in bitcoin as the “tried-and-true safe haven” of digital assets. The trader sees the price of bitcoin on an upward trend, predicting that BTC will end 2025 at $210,000 and 2030 at $400,000, with halving events and inflation pushing the price upward. He said: Halving events and inflation along the way to 2025 and 2030 will likely trigger the larger upside moves. Prices are likely to be continuously driven by supply and demand, less availability for a wider group of users. However, not everyone on the panel was as bullish. University of Canberra’s senior lecturer, John Hawkins, was among the most bearish on the panel. His year-end prediction was $20,000 per bitcoin. The lecturer also believes that countries adopting bitcoin will actually have a negative impact on its price.

By |2021-07-24T16:04:00+00:00July 24th, 2021|Scoop.it|0 Comments

COINHOUSE lance la «Boutique sans intérêts» avec Marcel

Laissez tomber votre livret A...   Une manière loufoque de nous inciter à cesser de laisser dormir notre argent sur un compte qui ne rapporte aujourd’hui que 0,5% par an, et qui concerne au total 100 milliards d’euros… Une manne pour l'expert des crypto-actifs.  Et c’est ainsi que Coinhouse propose une série d’objets à se procurer dont l’intérêt est aussi (voire plus) mince, que de garder son argent dans ce bas de laine bancaire. Vous êtes tenté par un magnifique hand spinner ? Par un économe dernier cri, une somptueuse boule à neige... ?     Le bitcoin c'est plus rentable...    « Avec 0,5% d’intérêts on ne va pas bien loin, explique Youri Guerassimov, co-patron exécutif de la création de Marcel, c’est pourquoi le site informe également les internautes de la plus-value qu’ils auraient pu réaliser sur la même période s’ils avaient investi cette même somme en Bitcoin avec Coinhouse ». Et le résultat fait en effet réfléchir. Prenez une somme de 1000€ par exemple : déposée sur un livret A en janvier 2020, elle s’endort paisiblement et se réveille un an plus tard avec 5 petits euros d’intérêts. Investie en Bitcoin elle aurait généré sur la même période une plus-value de 2 705€* avant impôts.   À l’agence, on affirme ne pas vouloir détourner les Français de leur placement préféré, « mais bien de s’adresser à des investisseurs en quête de solution de diversification, qui sont prêts à prendre des risques sur une faible partie de leurs placements et qui ont déjà une curiosité naturelle pour le Bitcoin et les autres crypto-actifs ».   Coinhouse s'adresse au million de Français qui ont un livret A dormant   «Cette campagne est évidemment un clin d’œil et un prétexte pour les amener à considérer Coinhouse comme un acteur alternatif pour la diversification de leur épargne. » explique Nicolas Louvet, CEO de Coinhouse. Le site rappelle d’ailleurs que si les “cryptos” peuvent rapporter beaucoup, l’investissement dans les crypto-actifs n’est pas sans risque. D’où l’importance d’être bien accompagné. Coinhouse, qui a besoin de visibilité, fait donc une incursion auprès des particuliers, professionnels, initiés ou débutants en leur rappelant qu’ils peuvent investir dans les crypto-actifs tout en bénéficiant des conseils d’experts et de la sécurisation de leurs fonds avec les dispositifs technologiques les plus avancés du marché (la solution Ledger).

By |2021-07-24T15:28:30+00:00July 24th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Surtourisme : Affluences se lance dans la mesure de fréquentation des lieux touristiques

Après le monde de la Culture, la startup Affluences s’attaque aux sites touristiques naturels. La jeune société spécialisée dans la mesure d’affluence et le prédictif vient de signer un partenariat avec le Syndicat Mixte du Grand Site du Fer à Cheval, l’Office de tourisme de Samoëns, Haut-Giffre Tourisme et la Communauté de communes des Montagnes du Giffre. Grâce à des capteurs, le système mis au point par la jeune société est capable de mesurer l’affluence des parkings du Fer-à-Cheval en temps réel, calculer des affluences prévisionnelles et communiquer ces données à l’ensemble des vacanciers. Les visiteurs pourront ainsi connaître gratuitement si l’affluence est trop importante via le site affluences.com et sur les sites des offices du tourisme des Montagnes du Giffre. Des circuits alternatifs pourront être proposés le cas échéant. Lorsque la jauge des parkings atteint les 100% d’occupation, les équipes du site recevront une alerte par SMS pour communiquer le manque de places à l’entrée. Ils pourront également connaître le type de véhicules présent (voiture, vélo, bus, camion, camping-car). « Des informations qui permettent une meilleure compréhension des usages », précise Paul Bouzol, CEO d’Affluences. Le Grand Site du Fer à Cheval ne sera pas le seul à profiter du dispositif. « Nous sommes beaucoup sollicités sur cette problématique d’affluence et d’autres projets sont dans les tuyaux, notamment pour l’acheminement vers des plages », complète Paul Bouzol. Pour d’autres sites naturel, la réservation, à l’instar du Parc National des Calanques, pourra être instaurée : « Nous sommes capables de proposer un module de réservation comme nous le faisons pour les établissements culturels. Ce genre d’outils va se généraliser car ils permettent de répartir la venue des visiteurs ». Pour le CEO d’Affluences, il faut néanmoins veiller à ne pas frustrer les visiteurs et à bien « jauger » la fréquentation à venir.

By |2021-07-24T15:13:09+00:00July 24th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Transports : pass sanitaire en vigueur “après le week-end du 1er août”

Le pass sanitaire étendu aux transports de longue distance comme le TGV entrera en vigueur « certainement après le week-end du 1er août », a déclaré mercredi le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, qui évoque de futurs contrôles sur les quais ou à bord, selon les gares et les trains. Le gouvernement avait jusqu’ici évoqué « début août » pour l’obligation de se munir de ce laissez-passer dans les transports, témoignant d’une vaccination ou d’un test anti-Covid négatif récent. L’entrée en vigueur s’effectuera « en fonction des débats qui vont se nouer au Parlement, nous présenterons le texte (de loi) en Conseil des ministres le 19, pour un début de passage au Parlement le 21, et donc ce sera certainement après le week-end du 1er août, qui comme vous le savez est un grand chassé-croisé » de vacanciers, a précisé Jean-Baptiste Djebbari sur RTL. Des contrôles du pass à bord ? « Ce sera donc certainement dans la semaine du 2 août, plutôt », a-t-il encore dit. « On verra la date exacte en fonction de la date légale d’entrée en application du dispositif ». Les TER ne seront pas concernés. Sur les modalités concrètes d’application de ces nouvelles règles, le ministre a évoqué la possibilité de « lier le pass sanitaire au billet, c’est la chose la plus simple à faire mais ça nécessite un peu de temps » pour le mettre au point. Le ministre a aussi indiqué travailler sur « la façon la plus facile d’organiser les contrôles » dans les gares qui, à Paris, « bénéficient d’ores et déjà de portiques pour l’accès à un certain nombre de TGV ». « On évalue aussi les possibilités d’avoir des contrôles à bord », des consultations étant en cours avec la direction de la SNCF et ses agents sur ces processus, selon lui. Masques toujours obligatoires En revanche, les filtres ne seront « pas systématiques dans toutes les gares à tout moment », a-t-il reconnu. Mais « on va organiser des contrôles massifs sur les grands flux, typiquement les grands départs en vacances », outre des contrôles aléatoires ailleurs. Les trains longue distance seront affichés 30 minutes en gare avant le départ au lieu de 20, pour prendre en compte une attente plus longue avant d’embarquer. Quant au port du masque, il restera obligatoire dans les trains « au moins jusqu’au 30 août », date butoir pour la vaccination des personnels, a par ailleurs souligné Jean-Baptiste Djebbari. La SNCF avait indiqué mardi qu’elle travaillait « avec le gouvernement aux modalités d’application et de contrôle, avec l’objectif de définir un dispositif simple à mettre en œuvre », et promis une communication « aux voyageurs dans les prochains jours ».

By |2021-07-15T14:55:30+00:00July 15th, 2021|Scoop.it|0 Comments

Réinventer le magasin physique

Cette tendance oblige à intégrer plus fortement le smartphone dans le parcours d’achat en magasin. Peu à peu, le mobile se transforme en télécommande permettant de piloter achats et services en boutique. De nombreux magasins et les enseignes de grande distribution ont retenu le « scan and go » consistant à scanner soi-même ses achats tout au long de son parcours et cette solution permet de réduire le temps de passage en caisse.       LA 5G force motrice   La réinvention de l’expérience en magasin durcit le besoin d’apporter une réelle valeur ajoutée par rapport à un simple achat en ligne. Dans le point de vente physique, le recours massif aux écrans interactifs, aux hologrammes, et l’arrivée de cabines d’essayage virtuelles ont déjà commencé à révolutionner les habitudes et sont amenés à encore se développer. D'autres tendances surgiront - intelligence artificielle, robotique, réalité virtuelle et réalité augmentée - pour donner vie à des expériences d'achat en boutique aussi simples et sophistiquées que celles proposées en ligne. La 5G sera sans nul doute la force motrice de ces expériences et insufflera aux consommateurs l'envie de revenir au sein des commerces traditionnels.   Mais les points de vente physiques ne sont pas morts et l’ajout d’un aspect digital leur permet de créer et proposer de véritables expériences. Avec le phygital, les points de vente deviennent de réels lieux de visite (à l’image d’un musée) et c’est notamment ce que LEGO a cherché à proposer aux consommateurs avec ses nombreux « stores » et la mise en place de dispositifs digitaux (innovants et ludiques) destinés à tous. La marque n’a pas renoncé à ouvrir des points de vente physiques et Lego a inauguré 134 nouvelles boutiques, dont 91 en Chine. Fin 2020, le groupe détenait 678 magasins dans le monde. Et il prévoit d’en ouvrir 120 de plus en 2021, dont 80 en Chine.

By |2021-07-12T06:58:15+00:00July 12th, 2021|Scoop.it|0 Comments

L’Oréal se donne dix ans pour verdir ses produits

Un défi qui mobilise sa R&D depuis une dizaine d'années, et que devra relever son nouveau directeur général, Nicolas Hieronimus. Car, aujourd'hui, 32 % des matières premières sont d'origine naturelle. « Le bio est un des éléments de réponse. Mais c'est une petite partie du marché. Nous voulons aller bien au-delà afin de pouvoir transformer l'intégralité de notre portefeuille », insiste le directeur de l'innovation durable du groupe, Laurent Gilbert. « Et pour cela, il faut y associer les biotechnologies », ajoute-t-il. Pour relever le défi, L'Oréal à plusieurs cordes à son arc . « Nous avons deux types d'approches, remplacer la pétrochimie par la voie des biotechnologies, et travailler sur la fonctionnalité des produits. C'est-à-dire ne pas remplacer un ingrédient en tant que tel, mais délivrer les mêmes effets à partir de polymères naturels », précise le scientifique. Reproduire des fils d'araignées L'Oréal travaille ainsi avec une start-up sur les toiles d'araignées, dont les fils sont souples et résistants, d'où leur intérêt pour les cheveux. Mais pas question d'élever des millions d'araignées. L'idée est donc, à partir de molécules issues de plantes, de reproduire ces fonctions. Les enzymes sont également une ressource intéressante. Grâce à sa collaboration avec le laboratoire Micreos, le géant mondial va lancer au dernier trimestre 2021, chez La Roche-Posay, une crème qui permet de cicatriser son acné ou son eczéma en quelques jours de traitement. « Obtenu à partir d'enzymes, ce principe actif inclus dans une crème est capable de cibler spécifiquement l'acné, et il est obtenu à partir des biotechnologies, avec une performance bien supérieure à celle des procédés traditionnels. C'est une grande innovation », souligne Laurent Gilbert. Culture de cellules de roses Autre piste : remplacer des matières de synthèse obtenues via la pétrochimie par d'autres, d'origine végétale. Au lieu du silicone, utilisé dans les shampoings pour réparer les cheveux, L'Oréal mène ainsi des recherches sur l'extraction de sucre à partir de champignons. Un polymère naturel qu'il faut ensuite transformé, et formulé pour améliorer ses qualités de démêlage et de touché soyeux. Un process encore très en amont. Ses scientifiques travaillent aussi sur la possibilité d'imiter la nature. Un savoir-faire pour lequel le groupe a déjà une expertise. En 1974, il a ouvert à Tours une unité de production capable de reproduire des cellules de plancton, via un fermenteur. Il faut 21 jours pour fabriquer ce principe actif de Biotherm qui, jusque-là provenait d'une source thermale des Pyrénées.

By |2021-07-12T06:43:10+00:00July 12th, 2021|Scoop.it|0 Comments