Chef Rémy

About Chef Rémy

This author has not yet filled in any details.
So far Chef Rémy has created 3896 blog entries.

L’impact climatique du Bitcoin est bien plus grave qu’anticipé

Le bitcoin et la viande rouge, même combat. Kamoulox. Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Université du Nouveau-Mexique, la célèbre crypto-monnaie aurait un impact climatique supérieur à celui de l’extraction de l’or et du même niveau que celui de l’extraction du gaz naturel ou de l’élevage du bétail destiné à l’alimentation. Pour obtenir ces résultats surprenants, mais que nous allons vous détailler, les universitaires ont synthétisé le coût climatique de divers secteurs professionnels en tant que partie de leur capitalisation boursière globale. Certaines industries, comme le charbon, causent presque autant de dommages que la valeur totale du marché qu’elles soutiennent, soit un ratio de 95 %. D’autres, comme la production porcine, génèrent, certes, des impacts climatiques énormes mais qu’il est important de nuancer par leur taille massive. Le bitcoin, quant à lui, se situe entre les deux. Selon les économistes, l’impact climatique de sa production a représenté en moyenne 35 % de sa valeur marchande au cours des cinq dernières années, pour atteindre 82 % en 2020. Ce chiffre est comparable à celui de l’élevage bovin, qui représente 33 % de son marché, ou à celui du gaz naturel, qui atteint 46 %. C’est même bien plus que l’or, dont l’influence sur le climat ne représente que 4 % de sa valeur marchande grâce à son énorme valeur boursière qui éclipse l’impact environnemental de son extraction.   Un marché énergivore L’impact environnemental énorme du bitcoin provient en réalité de sa dépendance à l’égard d’un processus informatique de vérification des transactions qui nécessite d’énormes dépenses énergétiques. Sur la période observée par les chercheurs pour établir leurs résultats, les dommages causés par les acquéreurs de bitcoins ont dépassé la valeur des pièces produites un jour sur vingt, en grande partie à cause de cette consommation d’électricité. Ses plus ardents défenseurs font valoir qu’un usage plus important des énergies renouvelables dans ses process pourraient couvrir ce coût. Pourtant les auteurs stipulent que les dommages climatiques causés par chaque bitcoin créé sont supérieurs pour le bitcoin que pour la production d’énergie éolienne et solaire. Pas de quoi lui coller l’étiquette de « secteur durable ».     Une autre étude publiée récemment sur la même thématique a révélé que la proportion de production fossile utilisée dans les process d’échange de bitcoin était bien plus élevée qu’anticipé. L’indice de consommation électrique de bitcoin de l’université de Cambridge suit depuis longtemps l’estimation de la consommation électrique du réseau. Depuis un mois, ses têtes pensantes ont dévoilé une carte interactive permettant de comprendre la répartition géographique des « mineurs » de bitcoins. En combinant ces données avec des études antérieures sur les différences régionales dans la production d’électricité, les chercheurs ont pu estimer la part totale du marché réellement renouvelable.   Un fact checking nécessaire Comme le détaille Alexander Neumueller, chercheur à l’Université de Cambridge : « Les résultats obtenus montrent que les combustibles fossiles représentent près des deux tiers du mix électrique total – 62,4 % – et les sources d’énergie durables seulement 37,6 %, dont 26,3 % d’énergies renouvelables et 11,3 % de nucléaire. Les résultats s’écartent donc sensiblement de ceux de l’industrie qui estime à 59,5 % la part des sources d’énergie durables dans le mix électrique de Bitcoin ». Cependant, même si le mix énergétique est toujours à forte intensité de carbone, les émissions globales de Bitcoin ont diminué au cours des 12 derniers mois en raison de la forte baisse de la valeur de la crypto-monnaie. Ses échanges ont ainsi chuté de deux tiers, plongeant certains mineurs dans la faillite et conduisant d’autres à réduire leurs activités. Résultat : les émissions totales ont baissé d’environ 14 % par rapport à 2021. Pas de quoi sabrer le champagne pour autant : elles restent comparables à celles d’un pays comme le Népal. La vigilance reste d’ordre.

By |2022-12-02T08:21:00+00:00December 2nd, 2022|Scoop.it|0 Comments

Amazon, Charlotte Tilbury, L’Oréal et l’échec du miroir numérique, étude.

« Les miroirs de maquillage numériques n’élargissent pas la perception que l’on a de soi, au contraire, ils créent un sentiment de manque d’authenticité qui provoque de l’embarras. Et ce, malgré les recherches qui promettent que la réalité augmentée va révolutionner l’expérience d’achat », souligne Khaled El-Shamandi Ahmed, de la Bayes Business School et co-auteur d’une étude sur cette expérience promue par Charlotte Tilbury, L’Oréal et Amazon entre autres. Pour ce spécialiste, « les consommatrices de produits de maquillage sont réticentes à utiliser ces miroirs, car elles craignent qu’ils ne déforment la perception qu’elles ont d’elles-mêmes ». Ces recherches menées entre 2018 et 2022, explorent les facteurs psychologiques et sociologiques qui sous-tendent l’expérience des consommatrices face aux technologies de réalité augmentée (RA) appliquées au maquillage. Plus précisément, l’étude porte sur la manière dont les miroirs numériques influencent l’imagination et la perception de soi-même. Essayer de se maquiller dans un magasin procure un sentiment de plaisir, tandis que se regarder dans un miroir numérique provoque une sensation de forte gêne. Si essayer de se maquiller dans un magasin procure un sentiment de plaisir, que se maquiller est une expérience émotionnelle,  qu’acheter en magasin est perçu comme une sorte de parcours de réflexion sur soi, fait dire à Khaled El-Shamandi Ahmed, que pour apprécier l’expérience d’achat, les applications de maquillage en réalité augmentée auraient mieux à faire, comme par exemple, inviter les consommateurs à se rendre dans les magasins pour vivre une véritable expérience d’achat !

By |2022-12-01T21:21:31+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

EDITO sur Jean-Marc Jancovici : 4 vols dans toute sa vie, sérieusement ?

Jean-Marc Jancovici défend l'idée de quota de vols à la naissance, pour chaque Français. © Adobe Stock Chaque individu aurait droit, dans sa vision, à 3 ou 4 vols dans toute sa vie. Histoire de limiter son empreinte carbone face au réchauffement climatique. Droit dans ses bottes, provocateur, l’ingénieur prône un tel quota pour tous les Français sans évoquer la moindre exception. Les voyageurs d’affaires ou les quelque 3 millions d’expatriés français ont dû s’étrangler en l’écoutant. « L’idée, c’est de gérer par les quantités plutôt que par les prix », précise Jean-Marc Jancovici. Sérieusement ? Avec quatre vols par an, quid du métier de pilote de ligne, comme le fait remarquer un lecteur de L’Echo touristique avec humour ? Et que feraient les nombreux Marocains, Tunisiens ou Algériens installés en France pour revoir leur famille ? Malgré des milliers de kilomètres à avaler, certains prendraient la voiture. Et elle ne serait sans doute pas électrique ! Donc, en termes de gaz à effet de serre, la barque serait lourdement lestée. Avec sa proposition de quota, Jean-Marc Jancovici joue aussi le rôle d’agitateur, poussant tout le monde dans ses retranchements. L’Echo touristique a questionné Edouard Philippe, au sujet de cette idée de quota chère au patron du Shift Project, et critiquable à bien des égards. C’était à l’occasion du récent congrès du réseau Selectour à Athènes. Pour l’ancien Premier ministre, « les propositions de Jean-Marc Jancovici » – qu’il apprécie – « sont souvent au moins autant faites pour susciter la réflexion ou provoquer la réaction chez des interlocuteurs hésitants sur ce qu’il faut faire, que des propositions auxquelles il croit complétement ». Et de fait, n’en déplaise à la plupart des pros du voyage, le brillant ingénieur a une véritable influence, bien au-delà des sphères politiques et médiatiques. A l’image du sociologue Rodolphe Christin, il joue aussi le rôle d’agitateur, poussant tout le monde dans ses retranchements. En face, les pros du voyage ont tout intérêt à muscler leur lobbying pour défendre les vertus du tourisme international : emploi, ouverture sur le monde, paix…  Le flygskam et le tourisme bashing sont florissants. Et le train qu’il faut encourager ne peut pas tout résoudre. Surtout quand il faut traverser mers et océans. Quant à l’aérien, il doit poursuivre et accélérer sa décarbonation face au dérèglement climatique – comme tous les secteurs d’activité.

By |2022-12-01T18:44:32+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

Quel est l’impact de Netflix sur les pratiques touristiques ?

Au début de l’étude, l’UNWTO et Netflix rappelle que le ciné-tourisme s’est réellement développé dans les années 90. Aujourd’hui, il est un puissant levier pour les destinations qui souhaitent se mettre en valeur et développer le tourisme domestique et international. Les plateformes de vidéo à la demande, telles que Netflix, ont permis de positionner le contenu vidéo d’une manière plus abordable, accessible et globale que jamais auparavant et ont ainsi participé au développement du ciné-tourisme. La trilogie du Seigneur des Anneaux, par exemple, a entraîné une augmentation de 40 % des visites annuelles en Nouvelle-Zélande entre 2000 et 2006. En 2012, le tourisme était reconnu comme le deuxième secteur le plus important du pays, grâce à des visiteurs internationaux se rendant sur les sites des films. Le Royaume-Uni a également connu un boom du ciné-tourisme après la sortie des films Harry Potter. De 2011 à 2013, la série de films a entraîné une augmentation de 230 % du nombre de visiteurs sur les sites des tournages, ce qui a permis d’injecter 9 millions de livres sterling (9,96 millions d’euros) supplémentaires dans l’économie du Northumberland. L’analyse des habitudes de voyage montre que le nombre de voyageurs inspirés par des films et des séries a doublé au cours des cinq dernières années, pour atteindre près de 80 millions en 2019. A Dubrovnik, en Croatie, destination popularisée par la ville fictive de King’s Landing dans la série Game of Thrones de HBO, le tourisme a augmenté de 7 % sur une période de quatre ans. Une croissance intéressante d’un point de vue économique, mais qui peut avoir des répercussions négatives sur l’environnement. Ce phénomène a eu lieu à Maya Bay, la célèbre baie du film « La plage » en Thaïlande où l’écosystème et le patrimoine local de la région ont été mis en péril. Des effets également observés à Dubrovnik. Maya Bay en Thailande@Humphrey Muleba Le ciné-tourisme, puissant outil de soft-power Bien que de nombreuses recherches aient été menées sur l’impact du ciné-tourisme et sa valeur pour le secteur du tourisme, peu d’études ont été réalisées sur l’affinité culturelle induite par les films et les séries selon l’étude. Lorsque l’on regarde un film ou une série télévisée, l’affinité culturelle, c’est-à-dire l’affection et l’attirance que l’on peut porter pour une culture ou un pays donné peuvent avoir des répercussions plus importantes que la simple incitation au voyage ou le désir de voyager lui-même. Selon l’OMT, les produits audiovisuels peuvent servir de miroir de la culture et des valeurs d’une communauté donnée. Les contenus qui favorisent les affinités culturelles peuvent faciliter un lien fondé sur des valeurs entre le spectateur et la destination représentée, suscitant un intérêt particulier au-delà du simple lieu. Cela peut contribuer au tourisme durable, notamment en réduisant la saisonnalité, en promouvant de nouvelles destinations et/ou en augmentant la diversification des sujets traités par les destinations, ce qui favorise une approche durable du tourisme telle que définie par l’OMT. Les contenus peuvent aussi éveiller l’intérêt pour des cuisines spécifiques, la musique ou la littérature. En élargissant la valeur au-delà du voyage, il est possible de promouvoir les produits locaux pour stimuler les résultats économiques, sociaux et environnementaux, explique l’étude. Enfin, le ciné-tourisme renforce les liens et l’empathie pour les communautés, les personnes et les traditions locales, en créant une relation positive entre le spectateur et le pays ou la culture en question, que le voyage ait lieu ou non. Cette approche peut contribuer à répandre la tolérance et la compréhension entre des personnes d’origines culturelles diverses. L’étude affirme que la tendance au tourisme culturel devrait se développer davantage au cours des cinq prochaines années. L’intérêt et la demande pour la culture immatérielle (telle que l’histoire locale d’un pays, son style de vie, sa gastronomie, sa musique, ses sports, sa religion, etc.) encouragent les touristes à voyager et apportent des bénéfices touristiques à l’économie. L’impact de Netflix sur les pratiques touristiques  Dans la peau du loup Grâce aux résultats de plusieurs enquêtes*, Netflix a pu comprendre quel était l’impact de ses programmes sur les envies de voyage et l’intérêt culturel de ses téléspectateurs. Trois conclusions ont pu être tirées : Les spectateurs qui regardent du contenu provenant d’autres pays ou cultures sont plus susceptibles de voyager vers les destinations présentées. Au-delà du voyage, il existe une plus grande attraction pour les biens culturels, tels que les sites célèbres d’un pays, la gastronomie, l’histoire locale, les produits culturels, la langue et les gens. Netflix facilite la découverte de ce type de contenu. Des conclusions illustrées par des chiffres parlants : Les utilisateurs allemands de Netflix qui regardent des contenus japonais sont deux fois plus susceptibles de dire que le Japon est leur première destination de voyage dans leur liste d’envies. À l’échelle mondiale, ceux qui regardent des contenus canadiens sont 2,1 fois plus susceptibles de dire qu’il s’agit de leur choix numéro un que les non-téléspectateurs. 3 téléspectateurs sur 5 qui regardent des films Netflix comme Solo, Dans la peau du loup et 4L développent un intérêt spécifique pour la nature et la faune espagnoles. Les documentaires Netflix, tels que Trois repas autour du monde et Les tribulations culinaires de Phil, ont suscité un intérêt de 78 % pour la culture des aliments et des boissons du Canada dans les marchés non anglophones, en particulier en France. Les personnes exposées à des contenus en japonais sont six fois plus susceptibles d’exprimer leur intérêt pour l’apprentissage de la langue. L’étude explique que compte tenu de l’impact négatif de la pandémie de COVID-19, l’industrie cinématographique et télévisuelle, ainsi que le secteur du tourisme, jouent un rôle important dans la reconstruction des liens sociaux et culturels par le biais de collaborations multipartites afin de relancer l’activité économique. Ces différents secteurs ont donc tout intérêt à collaborer : « Les services de divertissement à la demande et les gouvernements, ainsi que les établissements d’enseignement et les autres parties prenantes impliquées et intéressées, devraient travailler ensemble pour soutenir des recherches plus approfondies sur le phénomène de l’affinité culturelle et du ciné-tourisme, y compris l’analyse économique, ce qui serait utile pour informer les stratégies locales visant à relier les secteurs de la création et du tourisme. », conclut l’étude. *Enquêtes menées de 2020 à 2021 pour étudier l’impact et les réactions des téléspectateurs après avoir été exposés à des contenus provenant de cinq pays, dont le Canada, le Japon, l’Afrique du Sud, l’Espagne et la Turquie. Les enquêtes ont été réalisées en dehors du pays d’origine et ont inclus 2 250 répondants par marché sur cinq marchés, à l’exception des enquêtes sur le contenu turc, qui ont totalisé 8 274 répondants sur huit marchés.

By |2022-12-01T18:42:31+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

FTX : Sam Bankman-Fried organise sa défense

Un Sam Bankman-Fried repentant, mais surtout avide de se disculper. Mercredi soir, le patron déchu de FTX a répondu en direct aux questions du journaliste du New York Times Andrew Ross Sorkin, lors d'une conférence organisée par le groupe de presse. L'ancien prodige des cryptos est apparu en visioconférence depuis son repaire des Bahamas, vêtu de son éternel T-shirt noir, le bras droit agité d'un tic nerveux. Il a été accueilli par des applaudissements polis, ce qui a choqué certains investisseurs et clients, menacés de ruine. « J'ai fait beaucoup d'erreurs », « je n'ai jamais essayé de frauder », « j'ai été choqué » par l'étendue du désastre, a concédé le trentenaire, en réaction au courrier d'un lecteur affirmant avoir perdu deux millions de dollars, les économies d'une vie, dans le naufrage de l'empire FTX. Le fondateur a regretté d'avoir attendu le 6 novembre pour demander un tableau de bord précis des finances de la société. « J'ai commencé à penser à une banqueroute », a-t-il raconté - elle est intervenue le 11 novembre. Il s'est accusé d'avoir « failli dans la supervision » de son business, d'avoir « sous-estimé l'étendue du krach du marché ». A ses yeux, le vrai problème, c'est d'avoir pris des positions « trop grosses » à ce moment, mais pas d'avoir emprunté l'argent des clients de la plateforme FTX pour offrir de la liquidité à la société de trading Alameda. Sa méconnaissance des risques pris par son empire s'explique aussi par sa « peur des conflits d'intérêts », assure-t-il. Livre d'histoire « Vous pouvez penser que je suis fou mais je pense que Sam Bankman-Fried dit la vérité », a commenté sur Twitter l'activiste Bill Ackman, qui fut remercié de son soutien par l'intéressé. L'intervention du patron de FTX semble en revanche avoir été sans effet sur le marché. La capitalisation mondiale des cryptos et du bitcoin (16.400 euros) est demeurée stable à 860 milliards de dollars. « L'effondrement de FTX est un crime, pas un accident, et son auteur est un fraudeur qui mérite d'entrer dans les livres d'histoire », a de son côté écrit David Morris, un des éditorialistes de Coindesk, le média qui avait précipité la chute de Sam Bankman-Fried. Risques Dans l'émission « Bonjour l'Amérique » sur la chaîne ABC, l'ancien trader a déclaré jeudi qu'il n'avait consacré « ni le temps ni les efforts nécessaires à essayer de gérer les risques chez FTX » et que c'était « évidemment une erreur ». « Si j'avais passé ne serait-ce qu'une heure par jour à réfléchir à la gestion des risques, je ne pense pas que serait arrivé. Et je ne me sens coupable à ce sujet ». Trous de mémoire En « tournée de la rédemption », l'ex-patron de FTX n'avait pas attendu mercredi pour distiller sa version de la plus retentissante faillite de la sphère des cryptos. La journaliste indépendante Tiffany Fong a publié l'enregistrement d'une interview avec lui datant du 16 novembre. Il dévoile, à l'occasion de cette opération de communication, des aspects inédits de la chute de son empire… en s'exonérant de toute faute et en ayant apparemment des trous de mémoire. Il ne sait ainsi plus ce qu'il a fait de sa participation de 100 millions de dollars dans Twitter, laquelle figurait bien dans les actifs de FTX, juste avant la faillite, mais à hauteur de 43 millions de dollars . « Mes avocats m'ont conseillé d'arrêter de m'excuser, je leur ai dit d'aller au diable », dit-il. Dans l'hypothèse d'un procès, ils n'ont pas fini d'avoir des sueurs froides. Il dément d'abord avoir été l'instigateur des transferts d'argent entre sa plateforme FTX et sa firme de trading Alameda Research . Selon la presse américaine, qui se fonde sur des témoignages d'anciens de FTX, c'est pourtant Sam Bankman-Fried en personne qui décidait des montants et des transferts des dépôts des clients vers son hedge fund afin d'en combler les pertes ou de lui apporter des liquidités pour spéculer davantage. « C'est catégoriquement faux », s'en défend-il. En revanche, il concède qu'il a encouragé des personnes et sociétés à transférer de l'argent dans les comptes bancaires d'Alameda s'ils voulaient devenir client de FTX. La plupart des banques ne voulaient pas traiter avec FTX (une plateforme offshore) et lui envoyer de l'argent, à la différence d'Alameda qui avait sa banque partenaire Silvergate. Des clients qui voulaient déposer de l'argent sur la plateforme FTX l'ont donc transféré de leur banque vers Alameda, qui a joué le rôle d'intermédiaire et a ensuite reversé les fonds à FTX… Ce tour de passe-passe a peu de chance d'être du goût de la justice américaine. 100 % solvable Dans le pire des cas, Sam Bankman-Fried estime que les clients de FTX (une plateforme enregistrée à Antigua-et-Barbuda et dont le siège social est aux Bahamas) perdront 75 % de leurs dépôts. Il est en revanche formel pour la filiale américaine de FTX (FTX US) régulée par la Commodity Futures Trading Commission : ils récupéreront l'intégralité de leur argent chez cette filiale « 100 % solvable ». En théorie, les résidents américains ne pouvaient utiliser que FTX US, pas FTX. LTCM des cryptos « 8 minutes après que j'ai décidé de placer mon groupe en faillite, j'ai récupéré 4 milliards de liquidités », peste-t-il. Il laisse entendre que l'effondrement de son empire aurait pu être évité. « Avec mon background (NDLR : une allusion à son début de carrière de trader), j'aurais dû anticiper ces mouvements extrêmes sur les marchés et la forte corrélation entre toutes les cryptos. Cela rappelle LTCM (NDLR : le hedge fund des anciens traders de Salomon Brothers qui fit faillite lors de la crise russe de 1998) ».

By |2022-12-01T15:12:01+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

Pourquoi de plus en plus d’Etats décident de créer leur propre cryptomonnaie ?

Pour beaucoup de spécialistes, les CBDC ont l’avantage d’élargir l’accès aux réserves des banques centrales au grand public et non plus seulement aux banques commerciales. Mais comme l’expliquait récemment l’économiste Tobias Adrian, une figure importante du FMI, de nombreuses questions subsistent quant à la route à suivre pour les rendre pérennes. « Doit-on les rendre accessibles sur un compte en banque « classique » ou sous forme de jetons numériques ? Devraient-elles être contraintes de payer des taux d’intérêt comme n’importe quel dépôt bancaire « lambda » ? ». Heureusement – pour elles –, les CBDC présentent déjà plusieurs avantages majeurs : « Elles ont le potentiel de rendre les systèmes de paiement plus rentables et plus compétitifs, ou encore de réduire le coût de gestion des liquidités physiques d’un Etat qui s’avère parfois considérable. Elles pourraient également contribuer à améliorer les paiements transfrontaliers, dont les procédures actuelles sont interminables et souvent difficiles à suivre », et plus globalement « bétonner » les systèmes de paiement en les rendant moins perméables aux cyberattaques, tempère Tobias Adrian. Elles pourraient également faire des miracles dans les pays dont une partie de la population ne possède aucun compte bancaire. Mais tout n’est pas rose. L’un des risques les plus importants serait que tous les usagers décident de retirer soudainement leur argent des banques en faveur de leur portefeuille de CBDC. Les banques devraient alors augmenter les taux d’intérêt sur les dépôts pour conserver leurs clients, ou appliquer des taux d’intérêt plus élevés sur les prêts, « de quoi ralentir l’économie d’un pays tout entier », rappelle l’économiste. Par ailleurs, si les CBDC réduisent les coûts de transaction en devises étrangères, les pays dotés d’institutions faibles, d’une inflation élevée, de taux de change volatiles… ou de tout cela à la fois, pourraient voir les consommateurs et les entreprises abandonner leur monnaie nationale. Pour contourner ces problèmes, Tobias Adrian – toujours lui – propose aux banques centrales « d’offrir des taux d’intérêt plus faibles sur les avoirs en CBDC, ou de ne les distribuer que par l’intermédiaire des institutions financières existantes ». Vous l’aurez compris, ce ne sont pas les solutions qui manquent. Quoique nos institutions bancaires décident, de toute manière, les marchés financiers semblent prêts à s’adapter technologiquement aux enjeux de leur temps.

By |2022-12-01T13:53:09+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

Neuralink espère tester ses implants dans des cerveaux humains « dans les six mois »

En pratique, il s'agit d'un petit boîtier, légèrement plus large qu'une pièce de monnaie, doté de longs fils garnis d'électrodes. Pour l'insérer dans le cerveau des patients, il est nécessaire d'ouvrir leur crâne et d'y découper un trou de la taille de l'implant. Afin de faciliter cette opération, Neuralink a développé un robot chirurgical capable de fixer les fils à certaines parties du cerveau, en évitant les vaisseaux sanguins. Vision et mobilité Elon Musk a par ailleurs annoncé que la start-up avait commencé à travailler à deux autres produits. L'un permettrait à des personnes paralysées d'activer leurs muscles, grâce à des puces dans la colonne vertébrale. Et un deuxième, implanté dans l'oeil, permettrait de simuler la vision, « y compris pour des personnes qui sont nées aveugles. » LIRE AUSSI : ENQUETE - Voyage au coeur de la galaxie Elon Musk « Cela a l'air d'un miracle, mais nous sommes sûrs qu'il sera possible de restaurer le fonctionnement intégral du corps de quelqu'un dont la moelle épinière a été sectionnée », a affirmé le fondateur de Neuralink. Des ingénieurs de l'entreprise ont montré une vidéo d'un cochon qui pliait ou étendait la patte, apparemment à cause d'électrodes implantées dans sa cuisse. Pas si révolutionnaire Les progrès réalisés par Neuralink ne sont pas aussi révolutionnaires qu'ils ne le paraissent. Des expériences de ce type ont été réalisées dans des laboratoires depuis plusieurs dizaines d'années, rappelle l'agence Bloomberg. L'arrivée d'Elon Musk, auréolé de sa réputation d'entrepreneur de génie, a néanmoins convaincu davantage de fonds d'investir dans ce domaine.

By |2022-12-01T13:20:13+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

Electricité : délestages tournants, trains et métros annulés, écoles fermées… le gouvernement demande aux préfets d’anticiper d’éventuelles coupures

Les consommateurs prévenus la veille à 17 heures Dans tous les cas, les coupures auraient lieu aux moments des pics de consommation, entre 8 heures et 13 heures, et entre 18 heures et 20 heures. Avec comme inconvénient pour les écoles susceptibles d’être délestées qu’elles n’ouvrent pas le matin pour éviter d’être sans lumière, ni chauffage ni alarme. Pour les voyageurs, certains trains ou métros pourraient être annulés pour éviter d’avoir des passagers bloqués en pleine voie : « Soit ça roule de bout en bout, soit on préférera interrompre deux heures, car être coincé dans le métro deux heures n’est pas une option. » Un signal EcoWatt rouge serait émis trois jours à l’avance, permettant de connaître un jour avant quels départements seraient concernés, puis de savoir, en bout de chaîne, la veille à 17 heures qui est précisément touché par les coupures en renseignant son adresse sur un site Internet d’Enedis et de Réseau de transport d’électricité (RTE), qui gèrent le réseau français de distribution et de transport de l’électricité. Cours : AutoCAD 2022 – Fondamentaux Sponsorisé par Digicomp Academy Suisse... Grâce à notre formation, familiarisez-vous avec le logiciel AutoCAD, la référence en matière de dessin assisté par ordinateur, et créez vos premiers dessins techniques et modèles 2D et 3D. Passez ainsi à la vitesse supérieure pour créer vos plans d’architecture en 2D et 3D sur ordinateur. Notre... Voir Plus Selon une autre source proche du dossier, il est demandé aux préfets de présenter des schémas de délestage permettant de réduire à 38 % la consommation dans les zones concernées. La cellule interministérielle de crise travaille sur l’hypothèse que six à dix délestages seront nécessaires sur la période, et des délestages de deux heures touchant six millions de personnes en même temps. La cellule interministérielle de crise travaille aussi à un scénario de black-out mais sans y croire.

By |2022-12-01T13:04:20+00:00December 1st, 2022|Scoop.it|0 Comments

Comment Apple a réussi à s’imposer dans la finance

Dans les prochains mois, le groupe dirigé par Tim Cook proposera des comptes d'épargne rémunérés à ses clients. (Nic Coury/Bloomberg) Par Hortense Goulard Publié le 18 nov. 2022 à 15:00Mis à jour le 18 nov. 2022 à 15:47 Plusieurs grandes entreprises de la tech ont essayé de se lancer dans la finance, et la plupart s'y sont cassé les dents. Facebook a tenté de lancer sa propre monnaie numérique, baptisée Libra, puis Diem, avant d'y renoncer face à l'hostilité des régulateurs. L'année dernière, Google a de son côté mis fin à son projet Google Plex , qui permettait à ses clients d'ouvrir un compte d'épargne auprès de banques partenaires. Pendant ce temps, Apple accélère. Mi-octobre, l'entreprise dirigée par Tim Cook a annoncé un nouveau partenariat avec Goldman Sachs. Dans « les prochains mois », le groupe californien proposera des comptes d'épargne rémunérés à ses clients et à ceux de la banque américaine. Ce service permettra aux utilisateurs d'Apple Card « d'accumuler, au fil du temps, des récompenses quotidiennes en espèces, tout en économisant pour le futur », a commenté Jennifer Bailey, qui dirige les services Apple Pay et Apple Wallet. Un succès progressif Les efforts d'Apple pour percer dans la finance ont commencé il y a huit ans, avec le lancement discret d'Apple Pay. Les experts se montraient alors plutôt sceptiques, mais le service de paiement sans contact d'Apple s'est imposé au fil du temps. Aujourd'hui, les trois quarts des utilisateurs d'iPhone aux Etats-Unis l'utilisent, selon les estimations de Loup Venture. LIRE AUSSI : RECIT - Facebook et les cryptos : histoire d'un fiasco Le groupe californien s'est appuyé sur ce premier succès pour commercialiser d'autres produits. Depuis août 2019, il dispose de sa carte bancaire, l' Apple Card , proposée en partenariat avec Goldman Sachs. En juin dernier, il a décidé de se passer de partenaire pour lancer Apple Pay Later, qui permet aux utilisateurs de régler leurs achats en quatre fois sans frais. Une alliance gagnante Alyson Clarke, analyste chez Forrester, est convaincue que la stratégie d'Apple s'avérera payante. « Vous ne pouvez pas évaluer leurs produits de la même façon que des produits bancaires classiques, explique-t-elle. Apple veut que davantage de personnes entrent dans son écosystème, achètent plus de produits et profitent des services Apple. Ils n'ont pas besoin de faire de l'argent sur la carte de crédit ou sur un compte de dépôts. » LIRE AUSSI : Aux Etats-Unis, le paiement fractionné sous l'oeil des régulateurs L'alliance avec Goldman Sachs leur permet par ailleurs d'éviter des complications légales. Le groupe californien n'a pas besoin d'obtenir une licence bancaire, par exemple. Les régulateurs méfiants Mais les régulateurs ne sont pas dupes. En France, l'Autorité de la concurrence a alerté l'an dernier sur la menace que représentent les Gafa pour la finance. Au Royaume-Uni, l'autorité financière, la Financial Conduct Authority (FCA), a ouvert une enquête le 24 octobre pour passer en revue les investissements des grandes entreprises de la tech dans la finance. LIRE AUSSI : Quand Apple se passe des banques pour faire du crédit Dans un premier temps, les consommateurs pourraient bénéficier des nouveaux produits et services offerts par les Gafa, reconnaît le régulateur britannique. Mais, à terme, cela pourrait leur permettre « d'exploiter leurs écosystèmes » et d'y « enfermer » les consommateurs, s'alarme la FCA. Ce qui nuirait à la concurrence. De tous les Gafa, Apple semble le mieux positionné pour percer dans la finance. « Apple se présente comme un champion de la confiance, du respect des données des utilisateurs et de la sécurité, explique Alyson Clarke. Avec l'Apple Card, Apple ne récupère pas de données. Ils n'essaient pas de vous vendre des produits grâce à vos données ». LIRE AUSSI : DECRYPTAGE - Crise dans la tech : pourquoi Apple s'en tire beaucoup mieux que tous les autres La « banque sur mesure » d'Amazon Les autres grands groupes de la tech pourraient encore investir pour rattraper leur retard. Amazon est sans doute le plus avancé. Mais le groupe fondé par Jeff Bezos « ne construit pas une banque traditionnelle, note le cabinet de conseil CB Insights dans un rapport. Amazon a pris des éléments clés de l'expérience bancaire moderne et il les a transformés en fonction des besoins de ses clients ». LIRE AUSSI : CHRONIQUE - Amazon : quand le rapport de force s'inverse L'entreprise de Seattle propose surtout des services de paiements en ligne, adaptés à son site d'e-commerce, ainsi que des produits bancaires classiques (carte de crédit, compte de dépôt et compte d'épargne) grâce à une alliance avec Chase. Sans se montrer aussi ambitieux qu'Apple pour l'instant. A l'avenir, le groupe dirigé par Andy Jassy « pourrait faire plus s'il le voulait, estime Alyson Clarke. Mais je ne sais pas s'ils ont l'appétit en ce moment. » Quant à Google, son projet de compte bancaire a surtout été arrêté à cause de problèmes d'organisation interne. Il pourrait y avoir une opportunité pour le groupe de relancer un produit similaire, note l'analyste.

By |2022-11-19T06:41:47+00:00November 19th, 2022|Scoop.it|0 Comments

La crise énergétique porte les dividendes mondiaux à un niveau record

Les actionnaires peuvent remercier les compagnies pétrolières et les prix élevés du baril d'or noir. Sur le seul troisième trimestre 2022, ces dernières ont distribué 46,4 milliards de dollars de dividendes, soit 75 % de plus qu'en 2021. Un montant record. Cette hausse a porté les dividendes mondiaux à 415,9 milliards de dollars , de juillet à fin septembre, en hausse de 10 % par rapport à la même période l'an dernier (après prise en compte de l'appréciation du dollar américain), selon la dernière étude du gérant britannique Janus Henderson. Le total mondial des versements aux actionnaires serait resté stable sans l'augmentation des dividendes pétroliers. Ces derniers ont largement compensé la baisse des dividendes miniers (en repli d'un tiers). D'un point de vue géographique, Taïwan, les Etats-Unis, Hong Kong et le Canada sont les pays qui ont le plus contribué à la croissance de ces versements. Les sociétés taïwanaises ont distribué des dividendes record de 29,6 milliards de dollars sur le troisième trimestre, presque le double de l'an dernier. Le groupe de transport maritime Evergreen Marine a contribué pour plus d'un quart à cette croissance. Il a profité de la perturbation des chaînes d'approvisionnement mondiales. Ensemble, sur l'année 2022, les entreprises taïwanaises devraient pour la première fois verser un montant de dividendes quasi identique à celui versé par les entreprises espagnoles et suédoises réunies.

By |2022-11-18T08:51:43+00:00November 18th, 2022|Scoop.it|0 Comments