Georges-Edouard Dias

About Georges-Edouard Dias

This author has not yet filled in any details.
So far Georges-Edouard Dias has created 1931 blog entries.

Après HotelTonight et Oyo, Airbnb investit dans Lyric

Encore une opération de croissance externe ! Cette fois, Airbnb vient de mener un tour de table de 160 millions de dollars (142 millions d’euros) pour la start-up américaine Lyric. Parmi les autres investisseurs qui ont participé au financement figurent Tishman Speyer, RXR Realty, Obvious Ventures, SineWave et Dick Costolo (ex-patron de Twitter).Basée à San Francisco comme Airbnb, Lyric est spécialisée dans la location courte durée d’appartements de luxe. La start-up loue des logements urbains, les rénove pour les arrimer à ses standards, puis les gère en leur ajoutant des services hôteliers. A l’image de Onefinestay, racheté par AccorHotels pour 148 millions d’euros, c’est donc un modèle d’hébergements hybrides. Et ce, pour des clients exigeants, en quête de services personnalisés. A titre d’exemple, un loft pour 6 personnes à Chicago, au mois d’août, est facturé 957 euros les deux nuits.Améliorer sa réputationLyric est encore en phase de décollage, avec seulement 400 unités aux Etats-Unis qui arborent sa marque, distribuées sur Hotels.com, Expedia ou encore Airbnb, mais aussi en direct. La start-up développe sa propre technologie, et décroche des permis de location à court terme pour éviter de se mettre les autorités à dos. D’ailleurs, la jeune entreprise pourrait aider Airbnb à améliorer sa réputation dans les grandes villes, estime l’agence Bloomberg.Airbnb a décidément la fièvre acheteuse. En 2017, le géant de la location saisonnière a acquis une start-up pour cibler les voyageurs handicapés et la plate-forme canadienne de location de résidences Luxury Retreats. En mars 2019, Airbnb a acheté la plate-forme de réservations hôtelières de dernière minute HotelTonight. Plus récemment, le groupe californien a pris une participation dans Oyo, une start-up indienne spécialisée dans la réservation d’hôtels économiques. Autant de briques d’hébergement pour converger vers une solution de voyage de bout en bout, comprenant l’hébergement, les activités et – demain – le vol. Pour mémoire, Airbnb a annoncé le recrutement d’un expert de l’aérien en la personne de Fred Reid, qui a travaillé au sein de compagnies pendant 20 ans.

By | 2019-04-19T15:43:32+00:00 April 19th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Hôtellerie : l’analyse des ventes en ligne confirme l’emprise de Booking et Expedia

L'étude révèle une hausse de 46,7 % de la distribution en ligne sur cette même période et confirme la forte dépendance des hôtels aux OTA. En 2018, 71 % des ventes d’hôtels indépendants ont été réalisées par des agences de voyages en ligne. D-Edge rapporte que Booking Holdings détient 68 % des parts de marché des OTA sur la même année. Malgré une perte de 6,4 % des parts de marché sur les 5 dernières années au profit des OTA, les ventes directes constituent le deuxième canal le plus performant pour les hôteliers (20,9 %). Le rapport souligne également que, pour la première fois en 5 ans, les ventes directes ont enregistré une croissance entre 2017 et 2018. D-Edge suggère ainsi aux hôteliers d’évaluer trimestriellement les parts de marché de leurs canaux de distribution afin de maintenir une distribution mixte, plus saine et rentable.

By | 2019-04-19T15:42:28+00:00 April 19th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Pinterest, une licorne pas comme les autres

Pas encore rentable, Pinterest vend des publicités aux PME, grandes marques et annonceurs. Mais les analystes estiment que la firme pourrait faire mieux et aller plus loin, étant donné son environnement très visuel et propice aux comportements d'achats. Depuis quatre ans, il est ainsi possible d'y acheter des produits directement en cliquant sur certaines photos. Mais la société ne prélève pas de commission sur la transaction.« Ne nous comparez pas à un média social ou un moteur de recherche »Reste que la défiance actuelle à l'encontre des plates-formes « sociales », Facebook en tête, joue pour Pinterest qui met justement l'accent sur sa différence. Tout particulièrement sur la question de la rétention des utilisateurs et tous les moyens mis en oeuvre par ses concurrents pour doper le temps passé par ces derniers sur leur plate-forme.« Notre objectif réel n'est pas de vous « garder » en ligne, notre but est que vous fassiez quelque chose de nouveau en ligne », a affirmé, Ben Silbermann à « CNN » le mois dernier. Pinterest ne sert pas à « projeter une image ou devenir célèbre », a-t-il précisé.

By | 2019-04-19T09:01:23+00:00 April 19th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Le réseau de bus parisien à l’heure d’un changement sans précédent

Un moment « historique », selon les trois partenaires, le réseau des quelque 350 lignes de bus de Paris et sa petite couronne n'ayant été « que très peu modifié depuis 1950 », rappellent-ils. Malgré « une mobilisation exceptionnelle » de 10.000 agents de la RATP pour informer et orienter les voyageurs, ce moment pourrait aussi s'avérer cauchemardesque pour les usagers dont les habitudes de déplacement seront bouleversées. Voire susciter un effet contraire à celui recherché, en dissuadant certains de prendre le bus. Comme en témoigne cette habitante de l'est parisien : « Je ne pourrai plus prendre le 30 pour aller à l'Etoile, la ligne a été coupée, ce qui oblige à changer et donc à attendre. » Ou cette autre encore, passagère régulière du 42 qui l'emmenait du 10e arrondissement au nord de la Seine au 15e au sud, et qui devra désormais changer à Concorde.Ile-de-France Mobilités, la RATP et la Ville de Paris affirment que cette modernisation du réseau est « le fruit d'une large concertation avec les associations d'usagers, le grand public et les collectivités locales. » Une litanie de chiffres témoigne de l'ampleur du changement : 50 lignes modifiées ou prolongées ; 5 lignes créées ; 4.000 arrêts impactés ; 110 bus supplémentaires en circulation afin d'assurer la nouvelle offre. Avec une campagne de communication à l'avenant, déclinée sur un site Internet dédié, www.nouveaureseaubusparisien.fr, une campagne d'affichage, un guide pratique distribué à 1 million d'exemplaires et un dépliant du nouveau réseau à 700.000.

By | 2019-04-19T08:44:38+00:00 April 19th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Tesco hints at big plans for Clubcard this year

“You’ll see more of us in the loyalty space, it’s a very important part,” Lewis said. “Where the [Sunday Times] comment comes from is when we talk to customers about Tesco, the whole Tesco, those customers that have a grocery relationship with us but also have a mobile relationship with us, also have financial services, are among our most loyal and indeed have a greater lifetime value to Tesco.“One of the things we’re interested in is how we can add more value and connectivity across [the business]. That’s what you’re going to see from us, you’ll see us investing in Clubcard.”Last year, Lewis highlighted synergies between Clubcard and Pay+, Tesco’s mobile payments app, which now has more than 500,000 users across the Tesco business.Since the 24-year-old Clubcard loyalty scheme relaunched in 2017, Tesco has seen a 34% increase in activity and there have been 1.2 million downloads of the app to date, so there are clear opportunities to integrate its offerings.

By | 2019-04-18T15:05:52+00:00 April 18th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Central Bank Digital Currencies Take Center Stage at IMF Spring Meetings

Central bank digital currencies (CBDCs) featured prominently when global financial leaders met for this year’s World Bank Group and International Monetary Fund (IMF) joint Spring Meetings in the United States. Faced with emerging disruptive technologies like Bitcoin, their discussions also focused on how money and payments are taking on new forms throughout the world. There wasn’t any determined conclusion to the debates, but the IMF’s Christine Lagarde admitted that cryptocurrencies have shaken the established global financial order.50% Chance Sweden Will Issue CBDC in Next 10 YearsIt is not surprising that CBDCs continue to be a topic of interest at the Spring Meetings, held this year in Washington D.C. from April 8-12. Lagarde, the managing director of the IMF, has in the past urged central banks to consider issuing digital currency to make transactions more secure. She argues that state-backed cryptocurrencies could satisfy public policy goals related to financial inclusion, consumer protection, privacy and fraud prevention.

By | 2019-04-18T15:04:43+00:00 April 18th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Unilever Home Care annule une conférence sur l’économie circulaire

Rien. Rien de rien ce matin dans les locaux des Canaux. Unilever devait faire sa grande conférence sur les produits éco-conçus de Skip, Persil, Sun et Cif.  La réunion organisée avec l’association Circul'R a été reportée .   Unilever Home Care souhaitait mettre en avant ses engagements pour un mode de vie durable et promouvoir les produits éco-conçus lancés par ses marques Skip, Persil, Sun et Cif. Pour lancer cette campagne de promotion, une conférence de presse devait être organisée à Paris, aujourd'hui (ce 16 avril), dans les locaux de l’association Les Canaux qui soutient les acteurs économiques engagés pour la solidarité et la planète (http://lescanaux.com). Seulement voilà, ce rendez-vous auquel avait été convié des journalistes et des influenceurs a été annulé. Il devait pourtant être l’occasion d’assister à un échange entre Oscar Vicente-Hernandez, le directeur marketing de la division Home Care d’Unilever, et Raphaël Masvigner, le co-fondateur de Circul'R .

By | 2019-04-18T13:06:45+00:00 April 18th, 2019|Scoop.it|0 Comments

Leçon chinoise

La performance chinoise pose deux questions. La première porte sur sa pérennité. Les autorités pratiquent désormais une politique de « stop and go » qui rappelle celle que menait Londres dans les années 1950 et 1960. Le crédit a explosé en une décennie. Il faut désormais 500 yuans de crédit pour faire 100 yuans de PIB, un taux supérieur à celui de l'Amérique de 2006-2007 avant le grand effondrement de 2008. A l'évidence, il va devenir de plus en plus difficile de maintenir la croissance au rythme voulu par le gouvernement chinois pour préserver l'emploi et la progression du pouvoir d'achat. C'est un défi politique formidable pour le pays. C'est aussi un défi économique majeur pour le reste de la planète, qui a largement profité du boom chinois depuis deux décennies.Pilotage de la consommationLa seconde question  est posée au monde entier, à commencer par l'Europe. Elle nous ramène presque un siècle en arrière. Dans le chapitre fascinant qui clôt sa « Théorie générale », l'économiste John Maynard Keynes en vient à dire que l'Etat doit piloter à la fois le niveau de la consommation et celui de l'investissement. Ce pilotage a joué un rôle central dans la sortie de la Grande Dépression des années 1930, puis pendant la guerre et dans les années suivantes. Il a ensuite été abandonné, d'abord parce que l'économie avait fini par trouver le chemin d'une croissance équilibrée, puis pour des raisons idéologiques. La Chine, elle, continue à pratiquer scrupuleusement ce pilotage. Pour réussir la double transition numérique et écologique des décennies à venir, les pays occidentaux devront peut-être y revenir, comme ils l'ont fait brièvement au lendemain de la crise de 2008. En évitant l'écueil allemand, qui est le refus d'agir. Et l'écueil français, qui est la tentation permanente de stimuler la demande en faisant gonfler non pas la croissance mais le déficit extérieur et la dette publique - une tentation qui pourrait bien se tapir sous le dernier plan Macron. 

By | 2019-04-18T12:47:59+00:00 April 18th, 2019|Scoop.it|0 Comments

UP Magazine – Les nouvelles générations veulent un autre rapport au travail

La quatrième révolution industrielle est bien là. Depuis l’arrivée des outils numériques au travail, la transformation des entreprises est inédite. Abolissant les frontières, réduisant les distances, et accélérant le temps, le digital a déstabilisé toute l’organisation du travail. Les nouvelles générations aspirent à un nouveau rapport au travail tissé sur le bien-être. Un bien-être qui favoriserait l’innovation.Tribune libre Désormais, l’efficacité et la productivité d’hier ne suffisent plus et sont détrônées par une impérieuse nécessité d’innover dans un contexte aussi souple qu’hyperconcurrentiel. Au passage, la vague numérique a également déstabilisé les salariés avec son lot d’effet pervers : hausse du stress, burn out et bore out. Face à cette situation, les jeunes générations diplômées ont parallèlement des attentes nouvelles. Le sacrifice d’une vie personnelle au profit d’une carrière stressante n’attire plus. Moins carriériste, la génération des 24-35 ans est en quête de sens. Elle aspire à construire un nouveau rapport au travail tissé sur le bien-être. Un bien-être favorisant l’innovation justement requise. Un management participatifLe premier fondement du bien-être au travail tient à la qualité du management. En 2019, le management trop pyramidal ne semble plus en phase avec la nouvelle société numérique du travail. Ni sa culture managériale d’ailleurs : en haut, ceux qui pensent, en bas, ceux qui exécutent. De leur côté, les salariés aspirent à un allégement du poids hiérarchique. On recherche à l’inverse un nouveau management de proximité : un management accessible au collaborateur qui l’impliquerait davantage dans les processus de décision du groupe et d’innovation ainsi qu’un management fondé sur l’écoute et la liberté d’expression et sur des valeurs de transparence et de respect mutuel. Et cela, dans un contexte de grande convivialité où les collaborateurs pourraient poser n’importe quelle question aux managers et dirigeants. En effet, selon une étude de la DREES sur le bien-être au travail, 74 % des actifs pensent que la politique managériale joue un rôle en matière d’innovation participative. Avec pour 20% d’entre eux, l’ouverture du management à la nouveauté et au dialogue. La conduite du bien-êtreUn management repensé ne saurait suffire sans l’accompagnement d’une politique interne axée sur le bien-être salarié. Ces dernières années, le numérique a pu abolir les frontières domicile – travail. Tout comme les frontières vie privée et vie professionnelle. Par conséquent, la conduite du bien-être passe par un rétablissement de cet équilibre en laissant désormais le salarié maître de son emploi du temps : flexibilité des horaires ou de la pause déjeuner, allégement du temps de transport et télétravail. Pour confirmer ce propos, l’étude de l’Ifop pour Lavazza en 2019, montrait que le télétravail est plébiscité par 83% des cadres.  Après le télétravail, les attentions quotidiennes sont les plus désirées par les employés pour 44% d’entre eux. Elles passent par des espaces dédiés à l’épanouissement personnel (salles de gym, salles de sieste ou massage, espaces de jeux-vidéo) et peuvent prendre d’autres formes comme l’aménagement de crèches ou d’aides aux devoirs.

By | 2019-04-18T12:38:51+00:00 April 18th, 2019|Scoop.it|0 Comments

France Adopts New Crypto Regulation

France’s Financial Markets Authority, the Autorité des marchés financiers (AMF), published on Monday details of the newly adopted bill which regulates the country’s crypto industry. The final text of the Action Plan for Business Growth and Transformation (Pacte) law was adopted on April 11 at its final reading by the French Parliament. It establishes a legal framework for digital asset service providers and initial coin offerings (ICOs), as well as strengthens the powers of the AMF as the regulator of the crypto industry.

By | 2019-04-17T09:43:22+00:00 April 17th, 2019|Scoop.it|0 Comments