HOSPITALITY LAB & PRACTICE FOR BRANDS

Blog 2017-10-23T13:43:48+00:00

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

En imposant aux marques de privilégier l’intérêt de leurs clients dans la gestion des données qu’elles détiennent, l’Europe fait de l’hospitalité le vecteur principal de leur croissance.

1. AUJOURD’HUI, LA CROISSANCE DES MARQUES PASSE PAR LA QUALITÉ DE LEUR RELATION CLIENTS.

Dans un monde digital, « Les Marchés sont des Conversations ».

Dès 1999, Doc Searls et ses co-auteurs avaient mis cette idée au coeur de leur “Clue Train Manifesto” (Manifeste des Evidences) (1), démontrant alors avec brio comment le développement du “capital relationnel” de la marque pouvait devenir le principal moteur de la croissance des entreprises.

L’arrivée des sites internet dans la fin des années 1990 avait eu en effet le mérite de faire prendre conscience qu’il pouvait se nouer une relation directe entre l’entreprise et ses clients, sans passer par un distributeur ; et que ces nouveaux liens produisaient énormément de données qu’il était probablement intéressant d’exploiter : ainsi, pour développer plus loin l’idée du “Clue Train”, lorsqu’il s’agit de générer une croissance durable des ventes et des profits, les meilleurs atouts de la marque sont sa légitimité à susciter des échanges autour de son coeur de métier (Conversation), son intelligence à les analyser (Curation), sa capacité à apporter des réponses adaptées aux besoins exprimés (Customization), et finalement son empathie relationnelle, propre à mettre le client en résonance avec la marque (Communion). Autant d’atouts qui précèdent dorénavant la simple « qualité des produits » mis au catalogue, autrefois le principal fer de lance des entreprises.
Une vision depuis partagée par Interbrand(2), qui dans sa publication annuelle du classement de la valeur des marques insiste sur le fait que “la croissance est la conséquence d’une stratégie claire et d’expériences exceptionnelles délivrées au consommateur”.
Voici donc venu le temps pour les marques soucieuses de croissance durable de passer un nouveau contrat relationnel avec leurs consommateurs, où l’achat et la livraison du produit n’est plus la fin mais le début de la relation : un contrat qui couvre d’abord l’usage, et l’expérience qui l’accompagne. Un contrat qui est aussi l’occasion de proposer de nouveaux moments de consommation, de nouveaux services, qui sont autant de chiffre d’affaires supplémentaire pour les marques. Mais un contrat relationnel d’abord fondé sur le respect de l’intérêt du client, notamment en matière d’utilisation de ses données.

 

2. GDPR : UNE RÉGLEMENTATION POUR SAISIR DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS DE CROISSANCE.

Selon une étude récente de la Commission Européenne(3), 72% des Européens s’inquiètent en effet de laisser trop de données personnelles aux entreprises, souvent à leur insu, et surtout de ne pas en recevoir de réelle contrepartie. D’ailleurs, la connaissance plus précise du client semble ne faciliter en rien la capacité de l’entreprise à mieux cibler ses offres : selon tous les indicateurs(4), le taux d’ouverture des mails diminue alors que les désabonnements (opt-out) augmentent, ce qui fragilise largement la rentabilité des investissements lourds consentis dans le CRM.
La Commission souligne également que le marché en ligne est constitué à 57% d’échanges avec des opérateurs américains, alors que seulement 4% des échanges se font au travers d’opérateurs pan-européens. Elle estime que si les 100 plus grosses entreprises Européennes faisaient un usage judicieux de leurs données clients, le PNB Européen pourrait s’octroyer 1,9% de progression supplémentaire d’ici 2020, soit plus de 200 Milliard d’Euros de gain potentiel.
C’est avant tout à cette opportunité de croissance que la GDPR s’attaque : permettre une meilleure utilisation des données pour les entreprises grâce à un consentement avéré des consommateurs, favoriser les échanges intra-européens au sein d’un univers mieux sécurisé. Loin d’être une contrainte, la GDPR est une chance de développement de nouvelles sources de revenus pour les marques européennes : elle conduit à un modèle de croissance durable rendu possible par une approche choisie et non plus subie de la consommation. Avec la GDPR, les marques doivent négocier avec chacun de leurs clients un contrat relationnel : elles doivent se mettre à l’écoute, comprendre les besoins, proposer leurs services, et définir les modalités de la relation ; le tout dans la transparence ( accès aux données, droit de modification) qui établit la confiance, l’attachement. Les marques deviennent alors attachantes dans le bon sens du terme, et c’est de cet attachement que nait la croissance durable.
C’est à ce nouveau modèle relationnel qu’appellait lui-même Doc Searls dans son “Clue Train Manifesto” : il lui avait même trouvé un nom, la VRM (Vendor Relationship Management). Une approche basée sur le consentement avéré du client vis à vis de ses fournisseurs (vendeurs) avec un postulat simple : “un consommateur libre a plus de valeur qu’un consommateur captif – pour lui-même, pour les marques et pour l’économie en général”.
Encore faut-il s’entendre sur la définition du consommateur “libre”. Searls le définit en cinq points :
1. Il entre en relation avec les marques de manière indépendante et sans contrainte.
2. Il est le point d’intégration de sa propre donnée (c’est lui seul qui peut relier sa donnée à sa personne).
3. Il a le contrôle de la donnée qu’il génère et collecte. Il décide de ce qu’il veut partager, à qui et comment.
4. Il définit son propre niveau d’engagement avec les marques.
5. Il est libre d’exprimer ses exigences et ses intentions en dehors du contrôle de toute entreprise.
C’est ce consommateur “libre” que la GDPR souhaite aujourd’hui promouvoir, afin d’en faire le vecteur de croissance de l’économie.

3. L’HOSPITALITE DES MARQUES, PRINCIPAL VECTEUR DE LEUR PROPRE CROISSANCE.

Accueillir un consommateur “libre” est sans doute une perspective qui effraie bon nombre de marques, tant elle ont été construites sur la notion d’un marketing manipulateur et insidieux, capable d’influencer jusqu’aux émotions pour enfermer les clients dans un tunnel de vente dont la seule issue est l’achat du produit. Avec la GDPR, ce n’est plus le produit qu’il va falloir vendre, c’est la marque qui doit apprendre à se faire acheter. Et pour cela, il va falloir qu’elle se montre hospitalière vis à vis de ses clients : bienveillante, humaine et proche.
Le produit devient simplement la porte d’entrée à la marque, celui qui va forger les impressions de la première rencontre, et donc le début (et non la fin) de l’histoire. Le produit n’est plus qu’un prétexte, c’est la marque qui devient le réel support de l’expérience pour le consommateur : c’est d’ailleurs à elle qu’il va naturellement s’adresser s’il a besoin d’assistance ou s’il a simplement des remarques à formuler. À la marque de se montrer engageante, accueillante, généreuse et humaine pour fidéliser le consommateur au-delà du premier produit, et pour entretenir une relation proche, intime, qui permettra de continuer à vendre sans qu’il soit besoin de déployer la coûteuse armada publicitaire du premier jour : avoir une stratégie à long terme d’entretien de la relation, plutôt que de s’épuiser dans des efforts permanents de recrutement.
Autant le “tunnel de vente” était indifférencié et anonyme, donc étranger à toute notion d’hospitalité, autant le “cycle de décision d’achat” est personnalisé et fait appel à la relation humaine : c’est de la capacité de la marque à accueillir que dépend la fidélisation du client, et encore plus, sa propension à devenir activement promoteur vis à vis de ses pairs. Pour le dire différemment, c’est du niveau d’hospitalité de la marque que va découler l’amplitude de la réalisation du cycle d’achat, et donc le montant de la valeur créée.
Autant le “tunnel de vente” s’envisageait dans un temps le plus court possible, avec l’espoir de limiter la durée d’exposition nécessaire pour déclencher l’achat afin de réduire les coûts, autant le “cycle de décision d’achat” s’inscrit dans la durée la plus longue possible afin de maximiser les revenus. En se plaçant dans une notion de permanence, on met forcément en exergue la qualité de l’hospitalité, seule capable de générer de la pérennité dans la relation.
Plus le consommateur progresse avec la marque, plus la marque fait preuve de « disponibilité » vis à vis des demandes du consommateur, plus se crée la confiance dans la relation, le consommateur récupérant de plus en plus de valeur d’usage en retour de sa relation avec la marque, la marque obtenant de plus en plus de “permissions” qui lui permettent d’aller encore plus loin dans son service du consommateur.
C’est bien là le cercle vertueux de l’hospitalité des marques : un marketing “on demand” (inbound marketing), un marketing de l’échange, de la confiance, de la permission, du partage de la valeur, où les clients sont aussi des hôtes ; un marketing qui se définit d’abord par rapport au client pour qu’il puisse adopter lui-même la marque, la faire sienne et en devenir à son tour le porte-parole…
Alors que la GDPR fait des marques le gibier de consommateurs devenus madrés, l’hospitalité est la meilleure réponse pour faire de ces mêmes marques les plus désirables des proies : avec bienveillance, humanité et intimité. Assurant ainsi la pérennité de leur croissance.

4. QUELLES APPROCHES POUR LES MARQUES FACE A LA GDPR ?

Ce serait peine perdue pour les marques que de se contenter de « mettre en conformité » leur bases de données tout en espérant garder les mêmes pratiques relationnelles. Car la GDPR est d’abord une invitation à renverser ses pratiques relationnelles pour faire montre d’hospitalité vis à vis de ses clients ; et c’est ce renversement d’attitude qui est lui même porteur de croissance pour les marques. Avec la GDPR, l’hospitalité ouvre pour les marques de nouvelles perspectives de croissance.
Une étude publiée en Mai dernier par le gouvernement Britannique4 s’était alarmée sur le fait que seulement 30% des grandes entreprises du pays avaient commencé à prendre les mesures nécessaires à la mise en conformité de leurs pratiques d’utilisation des données, alors que la transcription dans la loi Britannique vient d’être réalisée en ce mois d’Août, et qu’elle survivra au Brexit. Les autres pays feront-ils preuve de la même insouciance, par rapport à une échéance qui dans la plupart des pays européens, a été fixée à Mai 2018 ?
La GDPR transforme radicalement la manière dont les entreprises utilisent les données. Il va falloir arrêter d’acheter des listes d’adresses, et même se débarasser des listes qu’on aura pu acheter auparavant. Contacter un client exigera d’avoir les permissions nécessaires, sauf à s’exposer à des amendes prévues pour atteindre jusqu’à 4% du chiffre d’affaires.
Il n’y aura donc pas d’échappatoires.
Mais n’est-ce pas justement l’opportunité d’une prise de conscience salutaire dans le futur de la relation client ? Quelle marque aujourd’hui a encore besoin d’avoir accès à des millions de noms dont simplement un infime pourcentage montre un intérêt pour ses propositions ? Ne vaudrait-il pas mieux établir une véritable relation avec moins de clients mais qui ont un véritabe intérêt à avoir un dialogue, un échange, une conversation avec la marque ?
N’est-il pas temps, tout simplement, que les marques apprennent à devenir hospitalières vis à vis de leurs clients ?
Et si la GDPR n’était qu’un manifeste pour l’hospitalité des marques ? Une manière de sauver les marques traditionnelles à l’heure du digital ? La dernière opportunité à saisir avant liquidation ou reprise par les acteurs de la nouvelle économie ?
En développant leur hospitalité pour se mettre en conformité avec la GDPR, ce n’est pas tant l’amende que les marques vont éviter, c’est leur futur qu’elle vont assurer.
Aucune raison d’attendre. Embrassons la GDPR en développant l’hospitalité des marques (5).

 

 

(1) Le Cluetrain Manifesto (Manifeste des évidences) est un texte rédigé par Rick Levine, Christopher Locke, Doc Searls, et David Weinberger. Il est d’abord diffusé sur le web en 1999 comme un ensemble de quatre-vingt-quinze thèses, puis est publié sous forme de livre en 2000 avec les thèses prolongées de sept essais. https://www.amazon.com/Cluetrain-Manifesto-End-Business-Usual/dp/0738204315
(2) Etude 2016 Interbrand : http://interbrand.com/best-brands/best-global-brands/2016/
(3) Etude de la Commission Européenne : https://ec.europa.eu/commission/publications/why-we-need-digital-single-market_en
(4) Citée par Tanya Joseph dans le magazine Marketing Week (UK) du 7 Août 2017, New data laws are a chance to reset customer relationships : https://www.marketingweek.com/2017/08/07/tanya-joseph-data-law/
(5) Cf, “Manifeste pour l’Hospitalité des Marques”, Georges-Edouard DIAS, Edition Netexplo : https://www.amazon.fr/dp/2954667230/

EN VUE Philippe Wahl, un lettré à La Poste

By | February 22nd, 2018|Categories: Scoop.it|

Pour le PDG de La Poste, qui présente ses résultats aujourd'hui, la révolution est au programme. En s'équipant de quads électriques pour livrer courrier et colis, La Poste joue la carte des « transports doux ». Son patron n'est pas non plus du genre à élever la voix. Cela ne l'empêche pas depuis 2013 de mener une révolution dont on ne peut que se féliciter qu'elle aussi se fît à bas bruit. Ce n'est plus (seulement) une entreprise de transport qu'il dirige. C'est un vendeur d'épicerie, un réseau d'assistantes sociales, une armée de facteurs qui, à défaut de lettres à distribuer, collectent du papier à recycler, se mettent au service de la Silver économie . Déjà ils assurent des visites régulières aux personnes âgées « Veillez sur mes parents » - et contribuent à l'élaboration d'un nouvel « écosystème » qui s'enrichira aussi de prestations de ménage, de bricolage, de location de matériel médical, etc. Bien sûr, la vieille dame voit dans l'e-commerce l'élixir de jouvence qui viendra dynamiser son activité de colis express. Ainsi le conseiller d'Etat, ex-conseiller de Michel Rocard et surtout banquier - Compagnie Bancaire, Caisses d'Epargne, Royal Bank of Scotland, La Banque Postale - a lui aussi fait sa mue. Son premier fait d'armes fut chez Rocard de défendre la création de la CSG, dont le Bercy de Bérégovoy ne voulait pas. Lui est restée sa façon de plonger au fond des dossiers, ne rien lâcher. A l'ENA, il fit partie avec Guillaume Pepy de la promotion Louise Michel, les voilà tous deux confrontés aux deux symboles les plus sensibles du service public à la française. Wahl, qui d'ailleurs se targue de grands-pères cheminots et d'une marraine postière, sait qu'il ne peut se permettre la petite vitesse. Le facteur temps joue en sa défaveur et ne sonnera pas forcément deux fois.

Sciences Po choisit le Kenya pour son premier bureau en Afrique

By | February 22nd, 2018|Categories: Scoop.it|

Ni Abidjan, ni Johannesburg, ni Lagos : c’est à Nairobi que Sciences Po a décidé d’ouvrir son tout premier bureau en Afrique. L’université parisienne de sciences humaines et sociales est le premier établissement français à s’installer dans la capitale du Kenya, d’autres grands noms hexagonaux ayant choisi de se développer depuis l’Afrique francophone, telle l’école de commerce HEC, qui s’implante actuellement en Côte d’Ivoire. Un choix en droite ligne, souligne la direction, avec la stratégie d’internationalisation de Sciences Po, qui accueille des étudiants de 150 nationalités et propose un tiers de ses cours en anglais. Mais il s’agit aussi de s’installer sur un marché prometteur. « Nous avons choisi le Kenya car c’est une plateforme dynamique pour l’ensemble de la région », a ainsi justifié Vanessa Scherrer, la vice-présidente chargée des affaires internationales, lors du lancement officiel à Nairobi, lundi 19 février. Et d’ajouter : « Nous y anticipons une forte concurrence dans l’enseignement supérieur dans les dix prochaines années. »

E-Money By Expresso : Expresso Sénégal se met à l’heure du transfert d’argent | CIO MAG

By | February 21st, 2018|Categories: Scoop.it|

Après Orange Money et Tigo Cash bien connus du grand public au Sénégal, voici que le sous-secteur de la monnaie électronique enregistre un troisième opérateur. Il s’agit de Expresso à travers l’initiative E-Money By Expresso. La cérémonie officielle de lancement du nouveau produit a eu lieu jeudi à Dakar au siège de la société de téléphonie en présence du directeur général Abdall Saeed, d’hommes d’affaires, de représentants du corps diplomatique ainsi que de ceux du gouvernement sénégalais d’après un compte rendu du site Leral.net repris par Orbiti.com. A en croire nos confrères, une grosse touche d’interopérabilité a été apportée puisque « le client disposant d’une puce Expresso peut envoyer de l’argent quel que soit l’opérateur ».

Orange voit sa croissance s’accélérer

By | February 21st, 2018|Categories: Scoop.it|

Ne pas se fier aux apparences. Orange a publié ce mercredi un bénéfice net de 1,9 milliard d'euros pour l'exercice 2017. En baisse de 24,8 % en un an, ce résultat est toutefois à mettre en perspective avec l'exercice 2016, marqué par un afflux de recettes exceptionnelles générées par la cession de la participation du groupe dans l'opérateur britannique EE. Sur l'ensemble de l'année 2017, Orange a vu son chiffre d'affaires progresser de 0,4 % (+1,2 % à base comparable) pour s'établir à 41,1 milliards d'euros. Le groupe dirigé par Stéphane Richard, renouvelé hier dans ses fonctions , s'attend pour 2018 à une croissance de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté supérieure à celle réalisée en 2017.

Google’s new AI algorithm predicts heart disease by looking at your eyes

By | February 21st, 2018|Categories: Scoop.it|

Scientists from Google and its health-tech subsidiary Verily have discovered a new way to assess a person’s risk of heart disease using machine learning. By analyzing scans of the back of a patient’s eye, the company’s software is able to accurately deduce data, including an individual’s age, blood pressure, and whether or not they smoke....

As Whole Foods merges with Amazon, local suppliers watch and worry – Feb. 19, 2018

By | February 21st, 2018|Categories: Scoop.it|

Whole Foods had established itself as the first big grocer that actually cared about local sourcing. By allowing each store to handle its own purchasing and employing local "foragers" to scour farmers' markets for promising new products, it helped nurture a generation of food entrepreneurs who otherwise would have been shut out of larger chains. Related: Amazon's idea for employee-tracking wearables raises concerns But that hasn't always been the most profitable business model, especially as mainstream competitors like Walmart and Kroger started offering organic and natural foods as well. Under pressure from investors in 2017, Whole Foods began centralizing its purchasing system and standardizing some of its offerings across its 473 stores.

Venezuela : le petro, la première ICO d’une devise crypto-pétrolière

By | February 20th, 2018|Categories: Scoop.it|

e Venezuela commence mardi son émission d'une devise cryptographique adossée au pétrole pour échapper aux sanctions et lever des capitaux. Son cours est fixé à 60 dollars. Dernier baroud d'un pays rongé par l'hyperinflation et les pénuries , le Venezuela lance officiellement son petro , la première devise cryptographique émise par un Etat et adossée...

Samsung pénalisé par les mauvaises ventes de l’iPhone X

By | February 20th, 2018|Categories: Scoop.it|

Malgré un Tim Cook des plus optimistes - « l'iPhone X a dépassé nos attentes et a été notre iPhone le mieux vendu chaque semaine depuis sa sortie en novembre », avait-il affirmé début février lors de la présentation des résultats annuels d'Apple -, le dernier-né de la firme à la pomme ne fait pas...

Cette nuit en Asie : le paiement mobile explose en Chine

By | February 20th, 2018|Categories: Scoop.it|

Les transactions effectuées depuis les smartphones ont dépassé les 10.000 milliards d'euros en 2017. La Chine fait largement la course en tête. Le récent passage dans l'année du Chien a, une nouvelle fois, été l'occasion pour les Chinois de démontrer leur engouement pour le paiement mobile. Plus de 688 millions d'entre eux ont utilisé l'application...

Load More Posts