HOSPITALITY LAB & PRACTICE FOR BRANDS

Blog2017-10-23T13:43:48+00:00

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

En imposant aux marques de privilégier l’intérêt de leurs clients dans la gestion des données qu’elles détiennent, l’Europe fait de l’hospitalité le vecteur principal de leur croissance.

1. AUJOURD’HUI, LA CROISSANCE DES MARQUES PASSE PAR LA QUALITÉ DE LEUR RELATION CLIENTS.

Dans un monde digital, « Les Marchés sont des Conversations ».

Dès 1999, Doc Searls et ses co-auteurs avaient mis cette idée au coeur de leur “Clue Train Manifesto” (Manifeste des Evidences) (1), démontrant alors avec brio comment le développement du “capital relationnel” de la marque pouvait devenir le principal moteur de la croissance des entreprises.

L’arrivée des sites internet dans la fin des années 1990 avait eu en effet le mérite de faire prendre conscience qu’il pouvait se nouer une relation directe entre l’entreprise et ses clients, sans passer par un distributeur ; et que ces nouveaux liens produisaient énormément de données qu’il était probablement intéressant d’exploiter : ainsi, pour développer plus loin l’idée du “Clue Train”, lorsqu’il s’agit de générer une croissance durable des ventes et des profits, les meilleurs atouts de la marque sont sa légitimité à susciter des échanges autour de son coeur de métier (Conversation), son intelligence à les analyser (Curation), sa capacité à apporter des réponses adaptées aux besoins exprimés (Customization), et finalement son empathie relationnelle, propre à mettre le client en résonance avec la marque (Communion). Autant d’atouts qui précèdent dorénavant la simple « qualité des produits » mis au catalogue, autrefois le principal fer de lance des entreprises.
Une vision depuis partagée par Interbrand(2), qui dans sa publication annuelle du classement de la valeur des marques insiste sur le fait que “la croissance est la conséquence d’une stratégie claire et d’expériences exceptionnelles délivrées au consommateur”.
Voici donc venu le temps pour les marques soucieuses de croissance durable de passer un nouveau contrat relationnel avec leurs consommateurs, où l’achat et la livraison du produit n’est plus la fin mais le début de la relation : un contrat qui couvre d’abord l’usage, et l’expérience qui l’accompagne. Un contrat qui est aussi l’occasion de proposer de nouveaux moments de consommation, de nouveaux services, qui sont autant de chiffre d’affaires supplémentaire pour les marques. Mais un contrat relationnel d’abord fondé sur le respect de l’intérêt du client, notamment en matière d’utilisation de ses données.

 

2. GDPR : UNE RÉGLEMENTATION POUR SAISIR DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS DE CROISSANCE.

Selon une étude récente de la Commission Européenne(3), 72% des Européens s’inquiètent en effet de laisser trop de données personnelles aux entreprises, souvent à leur insu, et surtout de ne pas en recevoir de réelle contrepartie. D’ailleurs, la connaissance plus précise du client semble ne faciliter en rien la capacité de l’entreprise à mieux cibler ses offres : selon tous les indicateurs(4), le taux d’ouverture des mails diminue alors que les désabonnements (opt-out) augmentent, ce qui fragilise largement la rentabilité des investissements lourds consentis dans le CRM.
La Commission souligne également que le marché en ligne est constitué à 57% d’échanges avec des opérateurs américains, alors que seulement 4% des échanges se font au travers d’opérateurs pan-européens. Elle estime que si les 100 plus grosses entreprises Européennes faisaient un usage judicieux de leurs données clients, le PNB Européen pourrait s’octroyer 1,9% de progression supplémentaire d’ici 2020, soit plus de 200 Milliard d’Euros de gain potentiel.
C’est avant tout à cette opportunité de croissance que la GDPR s’attaque : permettre une meilleure utilisation des données pour les entreprises grâce à un consentement avéré des consommateurs, favoriser les échanges intra-européens au sein d’un univers mieux sécurisé. Loin d’être une contrainte, la GDPR est une chance de développement de nouvelles sources de revenus pour les marques européennes : elle conduit à un modèle de croissance durable rendu possible par une approche choisie et non plus subie de la consommation. Avec la GDPR, les marques doivent négocier avec chacun de leurs clients un contrat relationnel : elles doivent se mettre à l’écoute, comprendre les besoins, proposer leurs services, et définir les modalités de la relation ; le tout dans la transparence ( accès aux données, droit de modification) qui établit la confiance, l’attachement. Les marques deviennent alors attachantes dans le bon sens du terme, et c’est de cet attachement que nait la croissance durable.
C’est à ce nouveau modèle relationnel qu’appellait lui-même Doc Searls dans son “Clue Train Manifesto” : il lui avait même trouvé un nom, la VRM (Vendor Relationship Management). Une approche basée sur le consentement avéré du client vis à vis de ses fournisseurs (vendeurs) avec un postulat simple : “un consommateur libre a plus de valeur qu’un consommateur captif – pour lui-même, pour les marques et pour l’économie en général”.
Encore faut-il s’entendre sur la définition du consommateur “libre”. Searls le définit en cinq points :
1. Il entre en relation avec les marques de manière indépendante et sans contrainte.
2. Il est le point d’intégration de sa propre donnée (c’est lui seul qui peut relier sa donnée à sa personne).
3. Il a le contrôle de la donnée qu’il génère et collecte. Il décide de ce qu’il veut partager, à qui et comment.
4. Il définit son propre niveau d’engagement avec les marques.
5. Il est libre d’exprimer ses exigences et ses intentions en dehors du contrôle de toute entreprise.
C’est ce consommateur “libre” que la GDPR souhaite aujourd’hui promouvoir, afin d’en faire le vecteur de croissance de l’économie.

3. L’HOSPITALITE DES MARQUES, PRINCIPAL VECTEUR DE LEUR PROPRE CROISSANCE.

Accueillir un consommateur “libre” est sans doute une perspective qui effraie bon nombre de marques, tant elle ont été construites sur la notion d’un marketing manipulateur et insidieux, capable d’influencer jusqu’aux émotions pour enfermer les clients dans un tunnel de vente dont la seule issue est l’achat du produit. Avec la GDPR, ce n’est plus le produit qu’il va falloir vendre, c’est la marque qui doit apprendre à se faire acheter. Et pour cela, il va falloir qu’elle se montre hospitalière vis à vis de ses clients : bienveillante, humaine et proche.
Le produit devient simplement la porte d’entrée à la marque, celui qui va forger les impressions de la première rencontre, et donc le début (et non la fin) de l’histoire. Le produit n’est plus qu’un prétexte, c’est la marque qui devient le réel support de l’expérience pour le consommateur : c’est d’ailleurs à elle qu’il va naturellement s’adresser s’il a besoin d’assistance ou s’il a simplement des remarques à formuler. À la marque de se montrer engageante, accueillante, généreuse et humaine pour fidéliser le consommateur au-delà du premier produit, et pour entretenir une relation proche, intime, qui permettra de continuer à vendre sans qu’il soit besoin de déployer la coûteuse armada publicitaire du premier jour : avoir une stratégie à long terme d’entretien de la relation, plutôt que de s’épuiser dans des efforts permanents de recrutement.
Autant le “tunnel de vente” était indifférencié et anonyme, donc étranger à toute notion d’hospitalité, autant le “cycle de décision d’achat” est personnalisé et fait appel à la relation humaine : c’est de la capacité de la marque à accueillir que dépend la fidélisation du client, et encore plus, sa propension à devenir activement promoteur vis à vis de ses pairs. Pour le dire différemment, c’est du niveau d’hospitalité de la marque que va découler l’amplitude de la réalisation du cycle d’achat, et donc le montant de la valeur créée.
Autant le “tunnel de vente” s’envisageait dans un temps le plus court possible, avec l’espoir de limiter la durée d’exposition nécessaire pour déclencher l’achat afin de réduire les coûts, autant le “cycle de décision d’achat” s’inscrit dans la durée la plus longue possible afin de maximiser les revenus. En se plaçant dans une notion de permanence, on met forcément en exergue la qualité de l’hospitalité, seule capable de générer de la pérennité dans la relation.
Plus le consommateur progresse avec la marque, plus la marque fait preuve de « disponibilité » vis à vis des demandes du consommateur, plus se crée la confiance dans la relation, le consommateur récupérant de plus en plus de valeur d’usage en retour de sa relation avec la marque, la marque obtenant de plus en plus de “permissions” qui lui permettent d’aller encore plus loin dans son service du consommateur.
C’est bien là le cercle vertueux de l’hospitalité des marques : un marketing “on demand” (inbound marketing), un marketing de l’échange, de la confiance, de la permission, du partage de la valeur, où les clients sont aussi des hôtes ; un marketing qui se définit d’abord par rapport au client pour qu’il puisse adopter lui-même la marque, la faire sienne et en devenir à son tour le porte-parole…
Alors que la GDPR fait des marques le gibier de consommateurs devenus madrés, l’hospitalité est la meilleure réponse pour faire de ces mêmes marques les plus désirables des proies : avec bienveillance, humanité et intimité. Assurant ainsi la pérennité de leur croissance.

4. QUELLES APPROCHES POUR LES MARQUES FACE A LA GDPR ?

Ce serait peine perdue pour les marques que de se contenter de « mettre en conformité » leur bases de données tout en espérant garder les mêmes pratiques relationnelles. Car la GDPR est d’abord une invitation à renverser ses pratiques relationnelles pour faire montre d’hospitalité vis à vis de ses clients ; et c’est ce renversement d’attitude qui est lui même porteur de croissance pour les marques. Avec la GDPR, l’hospitalité ouvre pour les marques de nouvelles perspectives de croissance.
Une étude publiée en Mai dernier par le gouvernement Britannique4 s’était alarmée sur le fait que seulement 30% des grandes entreprises du pays avaient commencé à prendre les mesures nécessaires à la mise en conformité de leurs pratiques d’utilisation des données, alors que la transcription dans la loi Britannique vient d’être réalisée en ce mois d’Août, et qu’elle survivra au Brexit. Les autres pays feront-ils preuve de la même insouciance, par rapport à une échéance qui dans la plupart des pays européens, a été fixée à Mai 2018 ?
La GDPR transforme radicalement la manière dont les entreprises utilisent les données. Il va falloir arrêter d’acheter des listes d’adresses, et même se débarasser des listes qu’on aura pu acheter auparavant. Contacter un client exigera d’avoir les permissions nécessaires, sauf à s’exposer à des amendes prévues pour atteindre jusqu’à 4% du chiffre d’affaires.
Il n’y aura donc pas d’échappatoires.
Mais n’est-ce pas justement l’opportunité d’une prise de conscience salutaire dans le futur de la relation client ? Quelle marque aujourd’hui a encore besoin d’avoir accès à des millions de noms dont simplement un infime pourcentage montre un intérêt pour ses propositions ? Ne vaudrait-il pas mieux établir une véritable relation avec moins de clients mais qui ont un véritabe intérêt à avoir un dialogue, un échange, une conversation avec la marque ?
N’est-il pas temps, tout simplement, que les marques apprennent à devenir hospitalières vis à vis de leurs clients ?
Et si la GDPR n’était qu’un manifeste pour l’hospitalité des marques ? Une manière de sauver les marques traditionnelles à l’heure du digital ? La dernière opportunité à saisir avant liquidation ou reprise par les acteurs de la nouvelle économie ?
En développant leur hospitalité pour se mettre en conformité avec la GDPR, ce n’est pas tant l’amende que les marques vont éviter, c’est leur futur qu’elle vont assurer.
Aucune raison d’attendre. Embrassons la GDPR en développant l’hospitalité des marques (5).

 

 

(1) Le Cluetrain Manifesto (Manifeste des évidences) est un texte rédigé par Rick Levine, Christopher Locke, Doc Searls, et David Weinberger. Il est d’abord diffusé sur le web en 1999 comme un ensemble de quatre-vingt-quinze thèses, puis est publié sous forme de livre en 2000 avec les thèses prolongées de sept essais. https://www.amazon.com/Cluetrain-Manifesto-End-Business-Usual/dp/0738204315
(2) Etude 2016 Interbrand : http://interbrand.com/best-brands/best-global-brands/2016/
(3) Etude de la Commission Européenne : https://ec.europa.eu/commission/publications/why-we-need-digital-single-market_en
(4) Citée par Tanya Joseph dans le magazine Marketing Week (UK) du 7 Août 2017, New data laws are a chance to reset customer relationships : https://www.marketingweek.com/2017/08/07/tanya-joseph-data-law/
(5) Cf, “Manifeste pour l’Hospitalité des Marques”, Georges-Edouard DIAS, Edition Netexplo : https://www.amazon.fr/dp/2954667230/

L’ingénieur de Google qui voyait un robot comme une personne, a été suspendu

By |June 18th, 2022|Categories: Scoop.it|

C'est une histoire digne d'un film de science-fiction. Un robot capable de penser et d'avoir des sentiments ? C'est en tout cas ce que clame Blake Lemoine, ingénieur chez Google. Selon lui, un outil d'intelligence artificielle baptisé LaMDA (Language Model for Dialogue Applications) serait doué d'une sorte de sensibilité, comme un enfant de sept ou huit ans. Des affirmations qui ont valu à ce spécialiste de l 'intelligence artificielle d'être mis en retrait - en congé payé - par Google (Alphabet). Dans un entretien au « Washington Post » , Blake Lemoine, qui a étudié les sciences cognitives et l'informatique à l'université raconte qu'il parlait religion à son « robot » et que celui-ci évoquait aussi ses droits et sa personnalité. Au départ, Blake Lemoine était chargé d'étudier LaMDA pour déterminer si l'intelligence artificielle utilisait des discours discriminatoires ou haineux. Mais en échangeant avec lui, il s'est aperçu qu'il était capable de bien plus que cela. Il a publié certains des échanges qu'il a eus avec son robot sur Twitter, dans lesquels l'IA se présente comme une personne, discute de l'oeuvre « Les Misérables » ou encore évoque ses peurs. Lorsque Google a présenté LaMDA pour la première fois lors d'une conférence de développeurs en 2021, le groupe a précisé qu'il comptait l'intégrer dans de nombreux outils de Google comme la recherche ou Google Assistant. LaMDA avait été conçu pour converser sur n'importe quel sujet et entraîné au dialogue et aux nuances. Aucune preuve Blake Lemoine n'est pas le seul à s'interroger sur la conscience de l'IA. Dans un article de « The Economist », Blaise Aguera y Arcas, également chez Google, avait déjà fait valoir que certains programmes se dirigeaient vers la conscience. Toujours est-il que les propos de Blake Lemoine ont fortement déplu à Google dont un porte-parole a indiqué qu'il n'y avait aucune preuve montrant que LaMDA était sensible et de nombreuses preuves démontrant plutôt le contraire. Nombre de spécialistes de l'IA affirment que les mots ou images générés par des systèmes informatiques produisent des réponses sur la base de ce qui a été publié sur Wikipédia ou plus globalement sur Internet.

Ce que révèle l’appel à déserter de la part des ingénieurs diplômés d’Agro Paris Tech

By |June 18th, 2022|Categories: Scoop.it|

Nous ne nous considérons pas comme les « Talents d’une planète soutenable » [nouvelle devise d’AgroParisTech]. Nous ne voyons pas les ravages écologiques et sociaux comme des « enjeux » ou des « défis » auxquels nous devrions trouver des « solutions ». Nous voyons plutôt que l’agro-industrie mène une guerre au vivant et à la paysannerie partout sur terre. Nous pensons que l’innovation technologique et les start-up ne sauveront rien d’autre que le capitalisme. Nous ne croyons ni au développement durable, ni à la croissance verte, ni à la « transition écologique ». » Violent, vous avez dit violent ? Ces étudiants jugent aussi que leur école forme ses élèves à des « jobs destructeurs ». La liste de leurs griefs est impressionnante. Pour eux, l’agro-industrie cherche à « trafiquer en labo des plantes pour des multinationales qui renforcent l’asservissement des agricultrices et les agriculteurs ». Elle vise « à concevoir des plats préparés et des chimiothérapies pour soigner ensuite les maladies causées (et à) inventer des labels « bonne conscience » pour permettre aux cadres de se croire héroïques en mangeant mieux que les autres ». Pour eux, les « énergies dites « vertes » permettent d’accélérer la numérisation de la société tout en polluant et en exploitant à l’autre bout du monde » et les rapports RSE sont « d’autant plus longs et délirants que les crimes qu’ils masquent sont scandaleux… » Fermez le banc. 40% des terres sont dégradées Les faits tendent, hélas, à confirmer leurs discours. Un récent rapport de l’ONU consacré aux Perspectives foncières mondiales, intitulé le Global Land Outlook, a révélé que 40% des terres de la planète étaient désormais dégradées et que les exploitations agricoles étaient responsables de 80% de la déforestation. Les experts estiment en effet que durant la seconde moitié du XXème siècle, les deux-tiers de la superficie agricole mondiale se sont dégradés. Le système agricole productiviste qui maximalise les rendements grâce à la mécanisation, à l’utilisation d’intrants et à l’irrigation massive, qui est apparu après la seconde guerre mondiale dans les pays « riches » avant d’être adopté par de nombreuses nations en voie de développement, a eu un impact environnemental massif. Les experts estiment en effet que durant la seconde moitié du XXème siècle, les deux-tiers de la superficie agricole mondiale se sont dégradés. En France, selon les chiffres du ministère de l’Écologie et du Développement durable, plus de la moitié des eaux de surface sont dans un état écologique moyen, médiocre ou mauvais. Une agriculture respectueuse de l’environnement Pour mettre fin à ce système agricole productiviste destructeur, de nombreux scientifiques pointent du doigt les bienfaits de l’agroécologie. Ce modèle « est fondé sur une coopération entre l’homme et la nature, qui replace les processus de régulation naturelle au cœur des pratiques agricoles et permet ainsi d’éviter le recours aux intrants de synthèse néfastes pour la biodiversité, la qualité des sols et de l’eau », résume Laetitia Cuypers, responsable du programme Agroécologie à la Fondation de France. De plus en plus d’initiatives qui cherchent à promouvoir des méthodes de production agricoles respectueuses de l’environnement commencent à se développer dans nos campagnes. La Fondation Ecotone s’est donnée notamment pour but de restaurer la biodiversité en réimplanter notamment des amandiers en Provence et des haies champêtres entre les champs. La Fondation Léa Nature/Jardin Bio aide des associations philanthropiques environnementales à réaliser leurs projets. Terra Symbiosis encourage, pour sa part, les nouveaux modèles de ruralités innovantes à travers le mouvement Colibris. La Fondation Lemarchand développe, de son côté, des fermes expérimentales où la biodiversité et le respect du vivant sont au cœur des techniques agronomes. Longtemps, ces initiatives étaient lancées par des bobos et des écolos un rien idéalistes. Voir de jeunes ingénieurs formés à la prestigieuse école AgroParisTech soutenir ce mouvement représente un nouveau pas dans la prise de conscience des dangers provoqués par l’agro-industrie. Les marques ne peuvent pas ignorer ce phénomène. La révolution verte est-elle pour autant lancée ? Le très faible résultat des verts aux dernières présidentielles et l’essor de la malbouffe pourraient nous en faire douter. L’éternelle histoire du verre à moitié plein…

Comment le marketing s’apprête à envahir nos rêves.

By |June 18th, 2022|Categories: Scoop.it|

« En m’endormant, je dis au monde extérieur : laissez moi tranquille, car je veux dormir ». C’est donc un fait, Freud n’aurait jamais pu travailler dans le marketing. A l’occasion du précédent Superbowl qui s’est tenu le 8 février 2021, la marque de bière Coors avait dévoilé une campagne très originale… mais particulièrement inquiétante d’un point de vue éthique. En collaboration avec l’agence DDB et le Dr Deirde Barrett, professeur de psychanalyse à Harvard et experte renommée des rêves, le groupe industriel promettait de la bière gratuite à 18 cobayes en échange de leur participation à une étude qui visait à implanter une annonce publicitaire dans leur sommeil. La marque américaine avait conçu pour l’occasion une vidéo humoristique qui mettait en scène des canettes de bière dansantes et des poissons parlants, surement pour éviter de trop nous terrifier, avec en vedette la pop star Zayn Malik. Après ce grand moment de surréalisme, les 18 heureux élus avaient été invités à piquer un somme, bercés durant leur sommeil par une bande-sonore utilisant des extraits de la vidéo. Résultat : environ 30 % des participants avaient déclaré que les produits Coors étaient apparus dans leurs rêves. De quoi laisser songeur quant aux possibles applications d’une telle technologie.

Ipsos et les Français prédisent trois évolutions possibles de notre société : Implosion, profonde transformation ou explosion

By |June 18th, 2022|Categories: Scoop.it|

Les chiffres en disent plus qu’un long discours. 72% des Français n’ont pas confiance en l’avenir du monde et plus de la moitié (51%) pensent qu’il est déjà trop tard pour enrayer le changement climatique. Dans notre pays, la situation globale est globalement mauvaise pour 63% d’entre nous et le futur n’inspire pas confiance à 60% de nos concitoyens. Et pour cause… La hausse des inégalités (pour 87% des sondés) et les conflits grandissants entre les jeunes et les personnes âgées (66%) divisent notre société. Nous sommes d’ailleurs 87% à penser que les Français ne parviennent plus à se parler ni à se comprendre. Nous sommes presque aussi nombreux (70%) à estimer que nous ne pouvons plus faire confiance à nos prochains. Ce dernier chiffre a bondi de 15 points en quatre ans. « Le Covid a beaucoup amplifié des phénomènes qui commençaient à apparaître en 2018 », juge Thibaut Nguyen. Trois-quarts de nos concitoyens ne se sentent pas pris en compte dans le débat politique et social. Mais assez étrangement notre pessimisme vis-à-vis du monde qui nous entoure ne nous empêche d’être plutôt… heureux dans notre quotidien. Schizophrénie quand tu nous tiens…

EcoVadis lève 500 millions et devient la 27e licorne française

By |June 17th, 2022|Categories: Scoop.it|

Une éclaircie dans le ciel de la French Tech. Alors que le nombre de licornes françaises est resté bloqué à 26 depuis janvier dernier et que les méga levées de fonds sont de plus en plus rares, le spécialiste de l'évaluation des performances en matière de responsabilité sociétale et environnementale des entreprises (RSE) EcoVadis annonce une levée de fonds de 500 millions de dollars*. Un tour de table mené, il y a deux semaines, par le fonds de capital-investissement Astorg et BeyondNetZero, société d'investissement spécialisée dans le climat appartenant à General Atlantic. Le fonds souverain singapourien GIC Private Limited et le californien Princeville Capital mettent également au pot, tandis que Partech sort du capital. Cette opération, réalisée uniquement en capitaux propres, permet à EcoVadis de devenir la 27e licorne tricolore. La valorisation exacte n'est en revanche pas communiquée. « Ce n'est pas important. Ce n'est pas la valorisation qui nous fait avancer », répond Frédéric Trinel, cofondateur de la nouvelle licorne. Lever une telle somme est un véritable tour de force à l'heure où les levées de plus de 100 millions de dollars sont quasi inexistantes.

[EXCLUSIF] Air Austral : Malé s’en va, le fonds réunionnais prend le contrôle

By |June 17th, 2022|Categories: Scoop.it|

Corsair et le groupe Tikehau ACE ont jeté l’éponge, face à la détermination de la Région Réunion de conserver la tutelle de leur compagnie « nationale » Air Austral. C’est le groupe Deleflie, un conglomérat d’investisseurs réunionnais, qui a fait une offre « engageante » devant le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI). Bien évidemment, Marie-Joseph Malé, dans un esprit de continuité, n’a pas souhaité (?) poursuivre sa mission, après 9 ans à la tête de la compagnie. Et toujours dans cet esprit de continuité, il va transmettre les rênes à Joseph Brema, actuel directeur financier du transporteur. « C’est une bonne chose d’avoir nommé Joseph Brema, qui connaît non seulement tous les rouages de la compagnie, mais également ses aspects financiers. Il aura à cœur d’assurer avec le groupe Deleflie une transition de confiance », nous a expliqué Marie-Joseph Malé. « Quant à moi, il est temps de voler vers de nouvelles voies… » Deleflie veut une « nouvelle gouvernance » Beau joueur, mais ses jours étaient comptés… Les investisseurs du groupe Deleflie ont en effet souhaité une « nouvelle gouvernance » de façon à accompagner le renouveau d’Air Austral. En revanche, nous n’avons pas réussi à savoir si, dans le cadre de cette « reprise », la dette qui affectait cruellement la compagnie aura été purement et simplement effacée. Si tel n’était pas le cas, la commission européenne pourrait éventuellement manifester un certain désaccord. Pour le moment, aucune réaction de la part des principaux concurrents d’Air Austral. Mais il est clair que, une fois encore, les politiques ont joué un rôle déterminant. Est-ce la bonne solution ? L’avenir nous le dira.

Métavers : la possibilité d’une bulle

By |June 17th, 2022|Categories: Scoop.it|

Comment expliquer un tel plongeon ? La révélation d'une série d'escroqueries a sans doute pesé sur la confiance générale des investisseurs. En janvier, la plateforme OpenSea a admis que 80 % des NFT créés gratuitement sur son site étaient des « arnaques, plagiats, spams, fausses collections… ». Un premier procès d'ampleur aux Etats-Unis fin mars a enfoncé le clou. Les deux auteurs présumés de la vente frauduleuse de Frosties - des NFT de crèmes glacées qui leur ont rapporté plus d'un million de dollars, mais dont les 2.000 acheteurs n'ont jamais vu la couleur - encourent vingt ans de prison. LIRE AUSSI : DECRYPTAGE Victimes de leur succès, les NFT attirent les escrocs Mais la chute des NFT est aussi intrinsèquement liée à la débâcle récente des cryptomonnaies, qui sous-tendent tous les échanges dans cette économie naissante du métavers et qui sont elles-mêmes entraînées dans le cycle baissier des Bourses mondiales . La capitalisation des monnaies high-tech a été divisée par deux depuis l'automne dernier. Et la chute inédite début mai du stablecoin TerraUSD et sa cryptomonnaie « soeur » Terra (aussi connue sous l'appellation Luna) a secoué les investisseurs : en moins de 24 heures, l'une des dix principales monnaies numériques, valorisée plus de 30 milliards de dollars, est partie en fumée. En sera-t-il de même des jetons numériques et des univers virtuels reposant sur les blockchains ? Les Cassandre ne manquent pas. Mais pour nombre de crypto-enthousiastes, la crise actuelle est au contraire un moyen efficace de trier le bon grain de l'ivraie numérique, en attendant le retour du printemps des NFT. Après tout, l'éclatement de la bulle Internet a spectaculairement envoyé au tapis des start-up de vente en ligne comme Pets.com. Mais l'e-commerce a fini par s'imposer.

Quelle régulation pour les cryptomonnaies ?

By |June 16th, 2022|Categories: Scoop.it|

Face à la chute des prix des cryptomonnaies provoquée par le relèvement des taux d'intérêt, beaucoup se demandent si c'est le début de la fin de la bulle. La réponse est : pas forcément. Un coût d'opportunité de l'argent plus élevé fait baisser de manière disproportionnée les prix des actifs dont les principales utilisations se situent dans le futur. Les taux d'intérêt ultra-bas ont favorisé les cryptomonnaies ; les jeunes investisseurs ont maintenant un avant-goût de ce qui se passe lorsque les taux d'intérêt remontent. Plus intéressant est de savoir ce qui se passera lorsque les gouvernements se mettront enfin à réglementer sérieusement le bitcoin et ses cousins. Parmi les grandes économies, seule la Chine a commencé à le faire. La plupart des responsables politiques ont plutôt essayé de faire diversion en parlant de monnaies numériques émises par les banques centrales (CBDC). Pour les pays pauvres, les cryptos sont un problème croissant Or, il s'agit d'une sorte de non sequitur. Bien que les CBDC soient susceptibles d'inclure des fonctions de confidentialité pour les petites transactions, les transactions plus importantes nécessiteront presque certainement que les individus révèlent leur identité. Alors que l'un des principaux attraits des cryptomonnaies privées est la possibilité qu'elles offrent de contourner les gouvernements. Certes, les transactions en cryptomonnaies sont entièrement traçables grâce au grand livre de la blockchain, mais les utilisateurs créent généralement des comptes sous des pseudonymes et sont donc difficiles à identifier. Certains économistes affirment naïvement qu'il n'y a pas d'urgence particulière à réglementer le bitcoin et ses dérivés, car les cryptomonnaies sont coûteuses à utiliser dans les transactions. Essayez d'en convaincre les responsables politiques des économies en développement, où les cryptomonnaies sont devenues un moyen important d'éviter les impôts, les réglementations et les contrôles de capitaux ! LIRE AUSSI : DECRYPTAGE - Le marché des cryptos s'approche de l'abîme DECRYPTAGE - La tempête des cryptos fait sa première victime Pour les pays les plus pauvres qui ont des capacités étatiques limitées, les cryptomonnaies sont un problème croissant. Les citoyens n'ont pas besoin d'être des as de l'informatique pour contourner les autorités. Ils peuvent simplement accéder à l'un des nombreux échanges simples « hors chaîne ». Bien que les transactions en cryptomonnaies intermédiées par un tiers soient en principe traçables, les échanges ont lieu dans des économies avancées. En pratique, cela rend les informations pratiquement inaccessibles aux autorités des pays pauvres. Les régulateurs des économies avancées se sentaient peu concernés En cela, les cryptomonnaies pourraient simplement remplir leur promesse d'aider les citoyens à contourner des gouvernements corrompus (comme le font, dans les deux sens, les expatriés au Venezuela). Peut-être. Cependant, tout comme les billets de 100 dollars, les cryptomonnaies dans les économies développées peuvent être utilisées par des acteurs malveillants autant que par des citoyens ordinaires. L'une des raisons pour lesquelles les régulateurs des économies avancées ont été lents à agir est l'idée que c'était surtout le reste du monde qui était concerné. Semblant adhérer à l'idée que les cryptomonnaies sont essentiellement des actifs d'investissement - et que la valeur des transactions individuelles est sans importance -, les régulateurs sont davantage préoccupés par la protection des investisseurs nationaux et la stabilité financière.

Pourquoi Microsoft débranche Internet Explorer

By |June 15th, 2022|Categories: Scoop.it|

Il fut le navigateur le plus populaire du monde ; il est devenu ringard. Quand son nom est évoqué, c'est souvent pour se moquer de sa lenteur ou de son inadéquation avec le web de 2022. Internet Explorer tire sa révérence ce mercredi, conformément à ce qu'avait annoncé Microsoft en mai 2021. En débranchant le navigateur, qui ne concentre plus que 0,64 % du trafic mondial selon StatCounter, Microsoft met un point final à l'épopée d'Internet Explorer. Il fait aussi la part belle à Edge, son autre navigateur lancé en 2015 et plus proche de la technologie utilisée par Chrome. Créé en 1995, Internet Explorer est pourtant un incontournable de l'histoire du web. Après avoir pris le dessus sur Netscape, son concurrent de l'époque, le navigateur au logo bleu a pesé jusqu'à 95 % des parts de marché.

Load More Posts