HOSPITALITY LAB & PRACTICE FOR BRANDS

Blog2017-10-23T13:43:48+00:00

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

En imposant aux marques de privilégier l’intérêt de leurs clients dans la gestion des données qu’elles détiennent, l’Europe fait de l’hospitalité le vecteur principal de leur croissance.

1. AUJOURD’HUI, LA CROISSANCE DES MARQUES PASSE PAR LA QUALITÉ DE LEUR RELATION CLIENTS.

Dans un monde digital, « Les Marchés sont des Conversations ».

Dès 1999, Doc Searls et ses co-auteurs avaient mis cette idée au coeur de leur “Clue Train Manifesto” (Manifeste des Evidences) (1), démontrant alors avec brio comment le développement du “capital relationnel” de la marque pouvait devenir le principal moteur de la croissance des entreprises.

L’arrivée des sites internet dans la fin des années 1990 avait eu en effet le mérite de faire prendre conscience qu’il pouvait se nouer une relation directe entre l’entreprise et ses clients, sans passer par un distributeur ; et que ces nouveaux liens produisaient énormément de données qu’il était probablement intéressant d’exploiter : ainsi, pour développer plus loin l’idée du “Clue Train”, lorsqu’il s’agit de générer une croissance durable des ventes et des profits, les meilleurs atouts de la marque sont sa légitimité à susciter des échanges autour de son coeur de métier (Conversation), son intelligence à les analyser (Curation), sa capacité à apporter des réponses adaptées aux besoins exprimés (Customization), et finalement son empathie relationnelle, propre à mettre le client en résonance avec la marque (Communion). Autant d’atouts qui précèdent dorénavant la simple « qualité des produits » mis au catalogue, autrefois le principal fer de lance des entreprises.
Une vision depuis partagée par Interbrand(2), qui dans sa publication annuelle du classement de la valeur des marques insiste sur le fait que “la croissance est la conséquence d’une stratégie claire et d’expériences exceptionnelles délivrées au consommateur”.
Voici donc venu le temps pour les marques soucieuses de croissance durable de passer un nouveau contrat relationnel avec leurs consommateurs, où l’achat et la livraison du produit n’est plus la fin mais le début de la relation : un contrat qui couvre d’abord l’usage, et l’expérience qui l’accompagne. Un contrat qui est aussi l’occasion de proposer de nouveaux moments de consommation, de nouveaux services, qui sont autant de chiffre d’affaires supplémentaire pour les marques. Mais un contrat relationnel d’abord fondé sur le respect de l’intérêt du client, notamment en matière d’utilisation de ses données.

 

2. GDPR : UNE RÉGLEMENTATION POUR SAISIR DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS DE CROISSANCE.

Selon une étude récente de la Commission Européenne(3), 72% des Européens s’inquiètent en effet de laisser trop de données personnelles aux entreprises, souvent à leur insu, et surtout de ne pas en recevoir de réelle contrepartie. D’ailleurs, la connaissance plus précise du client semble ne faciliter en rien la capacité de l’entreprise à mieux cibler ses offres : selon tous les indicateurs(4), le taux d’ouverture des mails diminue alors que les désabonnements (opt-out) augmentent, ce qui fragilise largement la rentabilité des investissements lourds consentis dans le CRM.
La Commission souligne également que le marché en ligne est constitué à 57% d’échanges avec des opérateurs américains, alors que seulement 4% des échanges se font au travers d’opérateurs pan-européens. Elle estime que si les 100 plus grosses entreprises Européennes faisaient un usage judicieux de leurs données clients, le PNB Européen pourrait s’octroyer 1,9% de progression supplémentaire d’ici 2020, soit plus de 200 Milliard d’Euros de gain potentiel.
C’est avant tout à cette opportunité de croissance que la GDPR s’attaque : permettre une meilleure utilisation des données pour les entreprises grâce à un consentement avéré des consommateurs, favoriser les échanges intra-européens au sein d’un univers mieux sécurisé. Loin d’être une contrainte, la GDPR est une chance de développement de nouvelles sources de revenus pour les marques européennes : elle conduit à un modèle de croissance durable rendu possible par une approche choisie et non plus subie de la consommation. Avec la GDPR, les marques doivent négocier avec chacun de leurs clients un contrat relationnel : elles doivent se mettre à l’écoute, comprendre les besoins, proposer leurs services, et définir les modalités de la relation ; le tout dans la transparence ( accès aux données, droit de modification) qui établit la confiance, l’attachement. Les marques deviennent alors attachantes dans le bon sens du terme, et c’est de cet attachement que nait la croissance durable.
C’est à ce nouveau modèle relationnel qu’appellait lui-même Doc Searls dans son “Clue Train Manifesto” : il lui avait même trouvé un nom, la VRM (Vendor Relationship Management). Une approche basée sur le consentement avéré du client vis à vis de ses fournisseurs (vendeurs) avec un postulat simple : “un consommateur libre a plus de valeur qu’un consommateur captif – pour lui-même, pour les marques et pour l’économie en général”.
Encore faut-il s’entendre sur la définition du consommateur “libre”. Searls le définit en cinq points :
1. Il entre en relation avec les marques de manière indépendante et sans contrainte.
2. Il est le point d’intégration de sa propre donnée (c’est lui seul qui peut relier sa donnée à sa personne).
3. Il a le contrôle de la donnée qu’il génère et collecte. Il décide de ce qu’il veut partager, à qui et comment.
4. Il définit son propre niveau d’engagement avec les marques.
5. Il est libre d’exprimer ses exigences et ses intentions en dehors du contrôle de toute entreprise.
C’est ce consommateur “libre” que la GDPR souhaite aujourd’hui promouvoir, afin d’en faire le vecteur de croissance de l’économie.

3. L’HOSPITALITE DES MARQUES, PRINCIPAL VECTEUR DE LEUR PROPRE CROISSANCE.

Accueillir un consommateur “libre” est sans doute une perspective qui effraie bon nombre de marques, tant elle ont été construites sur la notion d’un marketing manipulateur et insidieux, capable d’influencer jusqu’aux émotions pour enfermer les clients dans un tunnel de vente dont la seule issue est l’achat du produit. Avec la GDPR, ce n’est plus le produit qu’il va falloir vendre, c’est la marque qui doit apprendre à se faire acheter. Et pour cela, il va falloir qu’elle se montre hospitalière vis à vis de ses clients : bienveillante, humaine et proche.
Le produit devient simplement la porte d’entrée à la marque, celui qui va forger les impressions de la première rencontre, et donc le début (et non la fin) de l’histoire. Le produit n’est plus qu’un prétexte, c’est la marque qui devient le réel support de l’expérience pour le consommateur : c’est d’ailleurs à elle qu’il va naturellement s’adresser s’il a besoin d’assistance ou s’il a simplement des remarques à formuler. À la marque de se montrer engageante, accueillante, généreuse et humaine pour fidéliser le consommateur au-delà du premier produit, et pour entretenir une relation proche, intime, qui permettra de continuer à vendre sans qu’il soit besoin de déployer la coûteuse armada publicitaire du premier jour : avoir une stratégie à long terme d’entretien de la relation, plutôt que de s’épuiser dans des efforts permanents de recrutement.
Autant le “tunnel de vente” était indifférencié et anonyme, donc étranger à toute notion d’hospitalité, autant le “cycle de décision d’achat” est personnalisé et fait appel à la relation humaine : c’est de la capacité de la marque à accueillir que dépend la fidélisation du client, et encore plus, sa propension à devenir activement promoteur vis à vis de ses pairs. Pour le dire différemment, c’est du niveau d’hospitalité de la marque que va découler l’amplitude de la réalisation du cycle d’achat, et donc le montant de la valeur créée.
Autant le “tunnel de vente” s’envisageait dans un temps le plus court possible, avec l’espoir de limiter la durée d’exposition nécessaire pour déclencher l’achat afin de réduire les coûts, autant le “cycle de décision d’achat” s’inscrit dans la durée la plus longue possible afin de maximiser les revenus. En se plaçant dans une notion de permanence, on met forcément en exergue la qualité de l’hospitalité, seule capable de générer de la pérennité dans la relation.
Plus le consommateur progresse avec la marque, plus la marque fait preuve de « disponibilité » vis à vis des demandes du consommateur, plus se crée la confiance dans la relation, le consommateur récupérant de plus en plus de valeur d’usage en retour de sa relation avec la marque, la marque obtenant de plus en plus de “permissions” qui lui permettent d’aller encore plus loin dans son service du consommateur.
C’est bien là le cercle vertueux de l’hospitalité des marques : un marketing “on demand” (inbound marketing), un marketing de l’échange, de la confiance, de la permission, du partage de la valeur, où les clients sont aussi des hôtes ; un marketing qui se définit d’abord par rapport au client pour qu’il puisse adopter lui-même la marque, la faire sienne et en devenir à son tour le porte-parole…
Alors que la GDPR fait des marques le gibier de consommateurs devenus madrés, l’hospitalité est la meilleure réponse pour faire de ces mêmes marques les plus désirables des proies : avec bienveillance, humanité et intimité. Assurant ainsi la pérennité de leur croissance.

4. QUELLES APPROCHES POUR LES MARQUES FACE A LA GDPR ?

Ce serait peine perdue pour les marques que de se contenter de « mettre en conformité » leur bases de données tout en espérant garder les mêmes pratiques relationnelles. Car la GDPR est d’abord une invitation à renverser ses pratiques relationnelles pour faire montre d’hospitalité vis à vis de ses clients ; et c’est ce renversement d’attitude qui est lui même porteur de croissance pour les marques. Avec la GDPR, l’hospitalité ouvre pour les marques de nouvelles perspectives de croissance.
Une étude publiée en Mai dernier par le gouvernement Britannique4 s’était alarmée sur le fait que seulement 30% des grandes entreprises du pays avaient commencé à prendre les mesures nécessaires à la mise en conformité de leurs pratiques d’utilisation des données, alors que la transcription dans la loi Britannique vient d’être réalisée en ce mois d’Août, et qu’elle survivra au Brexit. Les autres pays feront-ils preuve de la même insouciance, par rapport à une échéance qui dans la plupart des pays européens, a été fixée à Mai 2018 ?
La GDPR transforme radicalement la manière dont les entreprises utilisent les données. Il va falloir arrêter d’acheter des listes d’adresses, et même se débarasser des listes qu’on aura pu acheter auparavant. Contacter un client exigera d’avoir les permissions nécessaires, sauf à s’exposer à des amendes prévues pour atteindre jusqu’à 4% du chiffre d’affaires.
Il n’y aura donc pas d’échappatoires.
Mais n’est-ce pas justement l’opportunité d’une prise de conscience salutaire dans le futur de la relation client ? Quelle marque aujourd’hui a encore besoin d’avoir accès à des millions de noms dont simplement un infime pourcentage montre un intérêt pour ses propositions ? Ne vaudrait-il pas mieux établir une véritable relation avec moins de clients mais qui ont un véritabe intérêt à avoir un dialogue, un échange, une conversation avec la marque ?
N’est-il pas temps, tout simplement, que les marques apprennent à devenir hospitalières vis à vis de leurs clients ?
Et si la GDPR n’était qu’un manifeste pour l’hospitalité des marques ? Une manière de sauver les marques traditionnelles à l’heure du digital ? La dernière opportunité à saisir avant liquidation ou reprise par les acteurs de la nouvelle économie ?
En développant leur hospitalité pour se mettre en conformité avec la GDPR, ce n’est pas tant l’amende que les marques vont éviter, c’est leur futur qu’elle vont assurer.
Aucune raison d’attendre. Embrassons la GDPR en développant l’hospitalité des marques (5).

 

 

(1) Le Cluetrain Manifesto (Manifeste des évidences) est un texte rédigé par Rick Levine, Christopher Locke, Doc Searls, et David Weinberger. Il est d’abord diffusé sur le web en 1999 comme un ensemble de quatre-vingt-quinze thèses, puis est publié sous forme de livre en 2000 avec les thèses prolongées de sept essais. https://www.amazon.com/Cluetrain-Manifesto-End-Business-Usual/dp/0738204315
(2) Etude 2016 Interbrand : http://interbrand.com/best-brands/best-global-brands/2016/
(3) Etude de la Commission Européenne : https://ec.europa.eu/commission/publications/why-we-need-digital-single-market_en
(4) Citée par Tanya Joseph dans le magazine Marketing Week (UK) du 7 Août 2017, New data laws are a chance to reset customer relationships : https://www.marketingweek.com/2017/08/07/tanya-joseph-data-law/
(5) Cf, “Manifeste pour l’Hospitalité des Marques”, Georges-Edouard DIAS, Edition Netexplo : https://www.amazon.fr/dp/2954667230/

Le développement de l’Afrique freiné par l’insécurité et un recul de la démocratie

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

Les progrès dans le développement humain et économique en Afrique sont freinés par un « recul généralisé de la démocratie » et une « situation sécuritaire de plus en plus tendue », selon l’indice de la fondation Mo Ibrahim publié mercredi 25 février qui évalue la gouvernance sur le continent. « Même si le niveau moyen atteint par la gouvernance globale sur le continent est meilleur en 2021 qu’en 2012 », celui-ci « stagne depuis 2019 », note le rapport. « La majeure partie du continent est moins sûre et moins démocratique en 2021 qu’elle ne l’était en 2012 », poursuit le document qui souligne que la pandémie du Covid-19 a « accentué ces tendances préoccupantes ». Lire aussi : Pour la première fois en dix ans, la bonne gouvernance recule en Afrique L’indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) est fondé sur plus de 80 indicateurs classés en quatre sous-catégories : « sécurité et Etat de droit », « participation, droits et inclusion », « développement humain » et « fondements des opportunités économiques ». « En 2021, près de 70 % de la population du continent vit dans un pays où les conditions en matière de sécurité et Etat de droit se sont dégradées depuis 2012 », déplore l’étude qui note également un fort recul de la liberté d’association et de réunion. Entre 2012 et 2021, 23 coups d’Etat en Afrique L’indice relève toutefois que plus de 90 % de la population du continent vit dans un pays où le niveau de développement humain – qui prend en compte les accès à la santé, l’éducation, la protection sociale et un environnement durable – est supérieur à celui de 2012. Dans l’indice, les cinq pays les plus performants en matière de gouvernance, en prenant en compte l’ensemble des indicateurs, sont l’île Maurice, suivis des Seychelles, de la Tunisie, du Cap-Vert et du Botswana. Le Soudan du Sud est dernier derrière la Somalie et l’Erythrée. La Gambie est le pays dont la gouvernance a le plus progressé depuis 2012, alors qu’à l’inverse c’est en Libye qu’elle a le plus reculée. Lire aussi Mo Ibrahim : « Le manque d’avenir peut pousser certains jeunes vers le djihadisme ou la criminalité » Le rapport s’attarde également sur une « inquiétante décennie de coups d’Etat récurrents au Sahel », dénombrant que sur 29 coups d’Etat dans le monde entre 2012 et 2021, 23 ont eu lieu en Afrique et principalement dans la région sahélienne. Le Mali et le Burkina Faso, qui font face à des violences de groupes djihadistes sur leur sol et qui sont tous deux gouvernés par des juntes militaires, voient leurs indicateurs sécuritaires se dégrader fortement, dans l’indice.

Scandale Orpea : l’auteur des « Fossoyeurs » dénonce des semi-réformes

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

Le secteur des Ehpad est en crise, et « quand un secteur est en crise à ce point, il faut une loi de refonte », tranche Victor Castanet dans un entretien aux « Echos ». Le 26 janvier 2022, son livre « Les Fossoyeurs » avait déclenché le scandale Orpea. Un an et 170.000 exemplaires vendus plus tard, son format poche sort mercredi. En un an, le journaliste indépendant a gagné en poids : ses accusations envers les pratiques du gestionnaire d'Ehpad ont été confirmées , et il augmente son livre de dix nouveaux chapitres. Ces pages supplémentaires font le bilan d'un an de tempête et n'épargnent personne. Ni l'agence de communication d'Orpea Image 7, ni les officines d'influence digitale, qui ont tenté de décrédibiliser les « Fossoyeurs », ni le gouvernement. Il y est décrit comment la Macronie a empêché la tenue d'une commission d'enquête parlementaire sur Orpea à la sortie du livre. « Elle aurait pu apporter une réponse non pas judiciaire mais politique, pour ouvrir la porte à un changement de la loi » sur le secteur, regrette Victor Castanet. Loi grand âge enterrée Il n'y a toujours pas de projet de loi grand âge. Emmanuel Macron avait promis en 2018 une loi sur le financement de la dépendance pour 2019, qui n'a pas vu le jour. Puis promis en 2020 une loi grand âge pour 2021, mais rien. Finalement, cette loi a disparu en 2022 de son programme présidentiel et le scandale Orpea ne l'a pas fait réapparaître. LIRE AUSSI : Affaire Orpea : les 7 lourdes charges à retenir du rapport gouvernemental Dépendance : alerte sur les finances des Ehpad publics « Les faits sont têtus, et si on se refuse à les regarder en face, les mêmes drames se reproduiront. Encore faudrait-il […] que le pouvoir exécutif s'empare vraiment du sujet. Cela n'a pas été le cas, malheureusement, dans la crise Orpea. Une autre sorte de fossoyeurs… », dénonce la version actualisée du livre. Seule existe à ce stade une proposition de loi déposée mi-décembre par des députés, « portant mesures pour bâtir la société du bien vieillir en France ». Son devenir est incertain. Trous dans la raquette L'Etat a toutefois sorti en urgence au printemps 2022 un décret interdisant certaines pratiques d'Orpea - comme de passer en profit les remises de fin d'année obtenues des fournisseurs sur des achats payés avec l'argent public. Une plateforme numérique pour recueillir les signalements de maltraitances en Ehpad va par ailleurs être lancée « prochainement » pour « libérer la parole » et faciliter leur suivi, a annoncé mardi le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe. Mais plutôt que de continuer à boucher les (nombreux) trous dans la raquette réglementaire, « il faudrait restructurer le secteur, le refinancer, l'encadrer d'une nouvelle manière et lui apporter une vision », oppose Victor Castanet.

Scandale FTX : la cryptosphère échappe à des règles dures

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

Après la faillite retentissante de FTX, la tentation était grande de durcir les règles applicables au secteur des cryptos. Mi-décembre, le Sénat y a succombé, en votant un article 5 bis déposé à la dernière minute par le sénateur centriste de l'Eure, Hervé Maurey, dans un projet de loi sur des dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne dans les domaines de l'économie, de la santé, du travail. Cet article imposait à tout acteur voulant exercer la profession de prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) d'être agréé au préalable par l'Autorité des marchés financiers (AMF), dès le 1er octobre. Les députés n'ont pas adopté la même position. Mardi soir, ils ont voté un autre amendement, celui de Daniel Labaronne. Ce député du groupe Renaissance, a totalement réécrit l'article 5 bis, dans le but de protéger davantage les investisseurs sans pour autant « fermer de manière anticipée l'écosystème », selon ses propos. Il n'y aura donc pas d'agrément obligatoire, mais, à la place, un enregistrement renforcé. Explications. En France, depuis la loi Pacte, seul l'enregistrement des PSAN est obligatoire. L'agrément est facultatif. Entre les deux, la différence est de taille. L'enregistrement correspond au premier niveau d'autorisation. Il se limite à des vérifications ciblées sur l'honorabilité (contrôle de l'identité, du casier judiciaire notamment), la compétence (attestation sur l'honneur, curriculum vitae) des dirigeants et des actionnaires significatifs de l'entreprise, et sur les dispositifs de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Agrément plus contraignant L'agrément, lui, est plus contraignant. Les plateformes doivent apporter des garanties plus importantes, notamment en matière de fonds propres, plus proches de celles demandées aux acteurs financiers. Elles doivent prouver qu'elles ont des systèmes permettant de lutter contre la cybercriminalité, donner des assurances de résistance en cas de fluctuations des marchés, avoir des règles strictes pour éviter les conflits d'intérêts. A ce jour, aucun acteur n'a encore été agréé. Quelques demandes sont en cours. Pour les acteurs de la cryptosphère française, l'article 5 bis tel que rédigé par le sénateur Hervé Maurey aurait mis les acteurs en danger : trop coûteux, trop dissuasif, il aurait freiné l'innovation et aurait nui à la compétitivité française. « Cela aurait été un très mauvais signal pour l'industrie. On a passé des mois à discuter et à réfléchir avec les autorités à une réglementation qui permette de protéger les épargnants et en même temps de ne pas freiner l'innovation », explique Ludovic de Froissard, co-fondateur de Cryptech, une fintech qui a obtenu un enregistrement auprès de l'AMF en juillet dernier. Au niveau européen, ces discussions ont d'ailleurs donné naissance au règlement MiCA, qui entrera en vigueur dès 2024 et qui imposera l'agrément obligatoire pour les PSAN (avec une période transitoire de 18 mois possible pour les acteurs bénéficiant déjà d'un enregistrement). Au final, l'enregistrement sera renforcé pour les nouveaux acteurs. Ils seront soumis à des obligations nouvelles qui constitueront demain « des prérequis communs pour être en conformité avec la réglementation européenne ». Cela signifie avoir un système de sécurité adéquat, une politique interne de gestion des conflits d'intérêts, une communication claire et non trompeuse vis-à-vis des clients. Plus contraignant, ce dispositif devrait permettre aux investisseurs d'être mieux protégé, tout en préservant l'écosystème. Sauf que le projet de loi n'est pas définitif. Il va sans doute passer devant une commission mixte paritaire car le texte voté au Sénat et à l'assemblée est différent. Un compromis va devoir être trouvé. Aura-t-il lieu sur ce fameux article 5 bis ?

Celebrity Cruises crée son métavers pour inspirer les voyageurs

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

Celebrity Cruises a créé son « Wonderverse », un métavers dans lequel il est possible d’explorer un navire, de discuter avec des designers et des officiels et d’avoir un aperçu des destinations desservies par la compagnie de croisières . Avec son « Wonderverse », Celebrity Cruises a voulu créer une expérience immersive de la marque et de ses navires. Accessible depuis un site internet, ce lieu virtuel permet de découvrir le nouveau navire de la série Edge®, le Celebrity BeyondSM, en se déplaçant dans les différents espaces (Resort Deck, Grand Plaza, Sunset Bar, etc.) via son avatar personnalisable. Plusieurs lieux sur le navire permettent d’explorer les destinations desservies par la compagnie telles que Santorin en Grèce, Sainte-Lucie dans la mer des Caraïbes ou encore Tokyo au Japon. Des informations générales sont données sur ces destinations en cliquant sur plusieurs points d’intérêt. Un bouton « Book Now » renvoie vers le site de la compagnie Celebrity Cruises pour ceux et celles qui auraient été convaincus de cet aperçu virtuel et souhaiteraient réserver un séjour. Les utilisateurs ont la possibilité de discuter avec d’autres internautes présents sur le navire via une fenêtre de tchat. Ils peuvent aussi discuter avec les avatars de designers et concepteurs du bateau, ainsi qu’avec les principaux dirigeants de la compagnie, telle que Lisa Lutoff-Perlo, présidente et CEO de Celebrity Cruises, par le biais de questions et de réponses pré-établies. Des mini-jeux sont également proposés dans le métavers de la compagnie. « Le Wonderverse nous permet de donner vie à toute la richesse et à la multiplicité des expériences que l’on peut vivre à bord, et ce, d’une manière passionnante et inégalée, comparée aux outils marketing et publicitaires traditionnels. Nous sommes convaincus que nous pouvons aller encore plus loin en créant d’autres expériences que recherchent nos consommateurs. », déclare Michael Scheiner, directeur marketing de Celebrity Cruises.

Le Train : la nouvelle compagnie ferroviaire se lancera sur les rails d’ici 2025

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

La compagnie privée française Le Train a annoncé la commande de dix trains à grande vitesse pour la région Grand Ouest dans l’objectif de se lancer sur les rails d’ici 2025.  Créée en 2020, la compagnie ferroviaire souhaite « opérer un trafic grande vitesse intra et interrégional en commençant pas le Grand Ouest » avec des dessertes entre Bordeaux et Angoulême ou bien encore Bordeaux et Rennes. Son directeur général, Alain Getraud, a annoncé cette semaine la commande de dix rames à l’acteur ferroviaire espagnol Talgo, avec la possibilité d’en acheter davantage durant 10 ans. Son objectif : proposer une offre différente et complémentaire de celle de la SNCF, notamment sur la ligne Tours-Bordeaux opérée par la SNCF.  Ces nouvelles rames bénéficieront d’un design sur mesure et permettront d’embarquer des objets volumineux comme des planches de surf ou des vélos et pourront rouler jusqu’à 320km/h. Le total de l’investissement s’élève à environ 300 millions d’euros avec une mise en service d’ici 2025. Si l’opérateur souhaite commencer par le Grand Ouest, il ambitionne déjà de doubler sa flotte rapidement pour étendre son réseau au niveau national.   > A lire aussi : GLVA23 – La distribution du contenu ferroviaire, toute aussi importante que NDC Côté tarif, Le Train proposera des billets inférieurs à ceux de la SNCF mais plus élevés que des trajets en OUIGO avec une seule et unique classe disponible. A bord, pas de wagon bar mais un « concept store » où il sera possible d’acheter de quoi se restaurer. Concernant la connexion Wi-fi, cette dernière devrait être disponible pour les voyageurs et permettre d’envoyer des mails et de travailler durant le trajet. 

Cosmétiques : Valmont analyse la peau par intelligence artificielle via internet

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

La maison Valmont, marque suisse de cosmétiques créée il y a 40 ans, propose un diagnostic de la peau par intelligence artificielle depuis son site web. L’entreprise fait appel à la solution technologique de Perfect Corp, qui est également employée chez Dior. Dynamiser le parcours d’achat sur internet Cette nouvelle expérience interactive doit dynamiser le parcours d’achat sur internet des clientes de Valmont. Valmont propose cette expérience à l’occasion du lancement de sa gamme de produits V-FIRM, un trio de soins visant à restaurer le volume et la fermeté de la peau. L’analyse de la peau se déroule autour de 5 paramètres clés, la fermeté, les rides, l’éclat, la fatigue et l’hydratation. Le diagnostic est réalisé en utilisant la caméra du mobile, et en y combinant une technologie d’intelligence artificielle pour scanner la peau. Ce diagnostic ultra rapide recommande une routine de soin Valmont sur mesure. « Les consommateurs de cosmétiques de luxe sont extrêmement exigeants » explique Fabienne Le Tadic, Chief Strategy Officer du groupe Valmont. Le diagnostic de peau analyse 5 critères, fermeté, rides, éclat, fatigue et hydratation Un service interactif proposé dans 50 pays Le service est proposé aux consommateurs de 50 pays afin d’obtenir une analyse de peau détaillée et une routine beauté individualisée en quelques secondes. « L’intégration de ce diagnostic les aide à s’assurer qu’ils achèteront les produits les plus adaptés à leurs besoins lors d’un achat sur internet » poursuit-elle. Le nouvel outil est également un support pour accompagner les vendeuses en magasins pour des recommandations personnalisées. « Nous voulons démontrer aux clients Valmont la cohérence de l’expérience de marque, en particulier depuis le off-line vers le on-line » termine-t-elle.   Valmont opère depuis près de 40 ans et propose trois marques de prestige, Valmont, marque de cosmétiques, L’Elixir des glaciers et Storie Veneziane by Valmont, une gamme de parfums. Valmont, propose également une expérience spa. La marque est distribuée dans 50 pays en grands magasins, parfumeries, SPA et hôtels de prestige, ainsi que dans les boutiques La Maison Valmont, et sur le site lamaisonvalmont.com.

China Is the World’s Biggest Face Recognition Dealer

By |January 26th, 2023|Categories: Scoop.it|

Chinese companies have come to dominate face recognition technology partly because of ties to government entities that can provide huge quantities of photos as well as significant funding for the technology’s development. In a paper published in November 2021, Beraja and his coauthors argued that innovation in the development of face recognition AI can flourish in autocracies because of close alignment between the technology and government goals. Controlling the spread of unsavory uses of face recognition could be difficult, because the same technology can have many more benign uses.  And David Yang, one of Beraja’s coauthors and an economist at Harvard University, says recent US moves to contain Chinese technology have focused more on preventing development of new capabilities, not limiting the transfer of existing ones. “China has already developed a comprehensive suite of surveillance AI tech that it can sell,” he says. “The recent restrictions do nothing to change that.” Seymour of the Center for New American Security says other emerging areas of AI could also be set to develop into powerful new surveillance tools whose proliferation should be carefully monitored. Face recognition was one of the first practical uses for AI to appear after vastly improved image processing algorithms using artificial neural networks surfaced in the early 2010s. She suggests the large language models that have caused excitement around clever conversational tools such as ChatGPT could follow a similar path, for example by being adapted into more effective ways to censor web content or analyze communications.

French Tech : Pasqal lève 100 millions d’euros, un record dans l’ordinateur quantique en Europe

By |January 24th, 2023|Categories: Scoop.it|

Quand il a soutenu sa thèse de doctorat en 2002, Georges-Olivier Reymond ne pensait pas qu'il verrait des ordinateurs quantiques de son vivant. Aujourd'hui, tout a changé. Le patron de Pasqal a non seulement développé des premières machines, mais il vient aussi de lever 100 millions d'euros - un record pour une start-up du quantique en Europe - pour les rendre plus performantes. Le finlandais IQM a certes amassé 128 millions d'euros en 2022. Mais cette enveloppe comprenait notamment un prêt de la Banque européenne d'investissement. A l'inverse, Pasqal certifie que son financement est constitué « à 100 % d'equity ». « Là-dessus, on ira ajouter de la dette et des subventions plus tard et on sera facilement à 130-140 millions d'euros », se projette Georges-Olivier Reymond, qui a cofondé cette société avec quatre associés dont Alain Aspect, le récent prix Nobel de physique . Le fonds souverain singapourien Temasek a mené le tour de table aux côtés du Conseil européen de l'innovation (EIC), Wa'ed Ventures et du fonds Large Venture de Bpifrance. Les investisseurs historiques de Pasqal (Quantonation, le Fonds Innovation Défense, Daphni et Eni Next) ont également remis au pot. « Le capital de Pasqal reste largement français et européen », insiste le dirigeant. La société ne communique pas sur sa valorisation.

Automobile : la Chine exporte désormais plus de voitures que l’Allemagne

By |January 24th, 2023|Categories: Scoop.it|

Tout un symbole. La Chine a dépassé l'Allemagne pour devenir le deuxième exportateur mondial de voitures. Les exportations chinoises ont bondi de 54 % l'an dernier, avec 3,11 millions de véhicules, selon l'Association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM). L'Allemagne a, elle, exporté 2,61 millions de voitures, en hausse de 10 % par rapport à 2021, selon l'Association allemande de l'industrie automobile (VDA). La Chine pourrait très vite décrocher le titre de premier exportateur mondial de voitures à la place du Japon : les constructeurs automobiles japonais ont, en effet, exporté 3,2 millions de véhicules au cours des 11 premiers mois de 2022, un chiffre presque inchangé par rapport à l'année précédente. LIRE AUSSI : BYD-Tesla : un match pour le titre de champion du monde de la voiture électrique Voiture électrique : la Chine domine de la tête et des épaules le marché des batteries Sonnette d'alarme Les exportations ont représenté 11,5 % de la production totale de véhicules en Chine en 2022, selon la CAAM. La poussée est forte dans les véhicules électriques, dont les exportations ont bondi de 120 % pour atteindre 679.000 unités en 2022. BYD, Geely, Nio, etc., depuis plusieurs mois, les marques chinoises débarquent en Europe . Lors du CES de Las Vegas, le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme, mettant en garde contre la « menace » que représente l'incursion de nouvelles voitures et marques chinoises sur le marché européen et pronostiquant une « lutte terrible » car ces marques se développent très vite avec des véhicules compétitifs à des prix agressifs.

Load More Posts