HOSPITALITY LAB & PRACTICE FOR BRANDS

Blog2017-10-23T13:43:48+00:00

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

GDPR : L’hospitalité des marques fait loi en Europe.

En imposant aux marques de privilégier l’intérêt de leurs clients dans la gestion des données qu’elles détiennent, l’Europe fait de l’hospitalité le vecteur principal de leur croissance.

1. AUJOURD’HUI, LA CROISSANCE DES MARQUES PASSE PAR LA QUALITÉ DE LEUR RELATION CLIENTS.

Dans un monde digital, « Les Marchés sont des Conversations ».

Dès 1999, Doc Searls et ses co-auteurs avaient mis cette idée au coeur de leur “Clue Train Manifesto” (Manifeste des Evidences) (1), démontrant alors avec brio comment le développement du “capital relationnel” de la marque pouvait devenir le principal moteur de la croissance des entreprises.

L’arrivée des sites internet dans la fin des années 1990 avait eu en effet le mérite de faire prendre conscience qu’il pouvait se nouer une relation directe entre l’entreprise et ses clients, sans passer par un distributeur ; et que ces nouveaux liens produisaient énormément de données qu’il était probablement intéressant d’exploiter : ainsi, pour développer plus loin l’idée du “Clue Train”, lorsqu’il s’agit de générer une croissance durable des ventes et des profits, les meilleurs atouts de la marque sont sa légitimité à susciter des échanges autour de son coeur de métier (Conversation), son intelligence à les analyser (Curation), sa capacité à apporter des réponses adaptées aux besoins exprimés (Customization), et finalement son empathie relationnelle, propre à mettre le client en résonance avec la marque (Communion). Autant d’atouts qui précèdent dorénavant la simple « qualité des produits » mis au catalogue, autrefois le principal fer de lance des entreprises.
Une vision depuis partagée par Interbrand(2), qui dans sa publication annuelle du classement de la valeur des marques insiste sur le fait que “la croissance est la conséquence d’une stratégie claire et d’expériences exceptionnelles délivrées au consommateur”.
Voici donc venu le temps pour les marques soucieuses de croissance durable de passer un nouveau contrat relationnel avec leurs consommateurs, où l’achat et la livraison du produit n’est plus la fin mais le début de la relation : un contrat qui couvre d’abord l’usage, et l’expérience qui l’accompagne. Un contrat qui est aussi l’occasion de proposer de nouveaux moments de consommation, de nouveaux services, qui sont autant de chiffre d’affaires supplémentaire pour les marques. Mais un contrat relationnel d’abord fondé sur le respect de l’intérêt du client, notamment en matière d’utilisation de ses données.

 

2. GDPR : UNE RÉGLEMENTATION POUR SAISIR DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS DE CROISSANCE.

Selon une étude récente de la Commission Européenne(3), 72% des Européens s’inquiètent en effet de laisser trop de données personnelles aux entreprises, souvent à leur insu, et surtout de ne pas en recevoir de réelle contrepartie. D’ailleurs, la connaissance plus précise du client semble ne faciliter en rien la capacité de l’entreprise à mieux cibler ses offres : selon tous les indicateurs(4), le taux d’ouverture des mails diminue alors que les désabonnements (opt-out) augmentent, ce qui fragilise largement la rentabilité des investissements lourds consentis dans le CRM.
La Commission souligne également que le marché en ligne est constitué à 57% d’échanges avec des opérateurs américains, alors que seulement 4% des échanges se font au travers d’opérateurs pan-européens. Elle estime que si les 100 plus grosses entreprises Européennes faisaient un usage judicieux de leurs données clients, le PNB Européen pourrait s’octroyer 1,9% de progression supplémentaire d’ici 2020, soit plus de 200 Milliard d’Euros de gain potentiel.
C’est avant tout à cette opportunité de croissance que la GDPR s’attaque : permettre une meilleure utilisation des données pour les entreprises grâce à un consentement avéré des consommateurs, favoriser les échanges intra-européens au sein d’un univers mieux sécurisé. Loin d’être une contrainte, la GDPR est une chance de développement de nouvelles sources de revenus pour les marques européennes : elle conduit à un modèle de croissance durable rendu possible par une approche choisie et non plus subie de la consommation. Avec la GDPR, les marques doivent négocier avec chacun de leurs clients un contrat relationnel : elles doivent se mettre à l’écoute, comprendre les besoins, proposer leurs services, et définir les modalités de la relation ; le tout dans la transparence ( accès aux données, droit de modification) qui établit la confiance, l’attachement. Les marques deviennent alors attachantes dans le bon sens du terme, et c’est de cet attachement que nait la croissance durable.
C’est à ce nouveau modèle relationnel qu’appellait lui-même Doc Searls dans son “Clue Train Manifesto” : il lui avait même trouvé un nom, la VRM (Vendor Relationship Management). Une approche basée sur le consentement avéré du client vis à vis de ses fournisseurs (vendeurs) avec un postulat simple : “un consommateur libre a plus de valeur qu’un consommateur captif – pour lui-même, pour les marques et pour l’économie en général”.
Encore faut-il s’entendre sur la définition du consommateur “libre”. Searls le définit en cinq points :
1. Il entre en relation avec les marques de manière indépendante et sans contrainte.
2. Il est le point d’intégration de sa propre donnée (c’est lui seul qui peut relier sa donnée à sa personne).
3. Il a le contrôle de la donnée qu’il génère et collecte. Il décide de ce qu’il veut partager, à qui et comment.
4. Il définit son propre niveau d’engagement avec les marques.
5. Il est libre d’exprimer ses exigences et ses intentions en dehors du contrôle de toute entreprise.
C’est ce consommateur “libre” que la GDPR souhaite aujourd’hui promouvoir, afin d’en faire le vecteur de croissance de l’économie.

3. L’HOSPITALITE DES MARQUES, PRINCIPAL VECTEUR DE LEUR PROPRE CROISSANCE.

Accueillir un consommateur “libre” est sans doute une perspective qui effraie bon nombre de marques, tant elle ont été construites sur la notion d’un marketing manipulateur et insidieux, capable d’influencer jusqu’aux émotions pour enfermer les clients dans un tunnel de vente dont la seule issue est l’achat du produit. Avec la GDPR, ce n’est plus le produit qu’il va falloir vendre, c’est la marque qui doit apprendre à se faire acheter. Et pour cela, il va falloir qu’elle se montre hospitalière vis à vis de ses clients : bienveillante, humaine et proche.
Le produit devient simplement la porte d’entrée à la marque, celui qui va forger les impressions de la première rencontre, et donc le début (et non la fin) de l’histoire. Le produit n’est plus qu’un prétexte, c’est la marque qui devient le réel support de l’expérience pour le consommateur : c’est d’ailleurs à elle qu’il va naturellement s’adresser s’il a besoin d’assistance ou s’il a simplement des remarques à formuler. À la marque de se montrer engageante, accueillante, généreuse et humaine pour fidéliser le consommateur au-delà du premier produit, et pour entretenir une relation proche, intime, qui permettra de continuer à vendre sans qu’il soit besoin de déployer la coûteuse armada publicitaire du premier jour : avoir une stratégie à long terme d’entretien de la relation, plutôt que de s’épuiser dans des efforts permanents de recrutement.
Autant le “tunnel de vente” était indifférencié et anonyme, donc étranger à toute notion d’hospitalité, autant le “cycle de décision d’achat” est personnalisé et fait appel à la relation humaine : c’est de la capacité de la marque à accueillir que dépend la fidélisation du client, et encore plus, sa propension à devenir activement promoteur vis à vis de ses pairs. Pour le dire différemment, c’est du niveau d’hospitalité de la marque que va découler l’amplitude de la réalisation du cycle d’achat, et donc le montant de la valeur créée.
Autant le “tunnel de vente” s’envisageait dans un temps le plus court possible, avec l’espoir de limiter la durée d’exposition nécessaire pour déclencher l’achat afin de réduire les coûts, autant le “cycle de décision d’achat” s’inscrit dans la durée la plus longue possible afin de maximiser les revenus. En se plaçant dans une notion de permanence, on met forcément en exergue la qualité de l’hospitalité, seule capable de générer de la pérennité dans la relation.
Plus le consommateur progresse avec la marque, plus la marque fait preuve de « disponibilité » vis à vis des demandes du consommateur, plus se crée la confiance dans la relation, le consommateur récupérant de plus en plus de valeur d’usage en retour de sa relation avec la marque, la marque obtenant de plus en plus de “permissions” qui lui permettent d’aller encore plus loin dans son service du consommateur.
C’est bien là le cercle vertueux de l’hospitalité des marques : un marketing “on demand” (inbound marketing), un marketing de l’échange, de la confiance, de la permission, du partage de la valeur, où les clients sont aussi des hôtes ; un marketing qui se définit d’abord par rapport au client pour qu’il puisse adopter lui-même la marque, la faire sienne et en devenir à son tour le porte-parole…
Alors que la GDPR fait des marques le gibier de consommateurs devenus madrés, l’hospitalité est la meilleure réponse pour faire de ces mêmes marques les plus désirables des proies : avec bienveillance, humanité et intimité. Assurant ainsi la pérennité de leur croissance.

4. QUELLES APPROCHES POUR LES MARQUES FACE A LA GDPR ?

Ce serait peine perdue pour les marques que de se contenter de « mettre en conformité » leur bases de données tout en espérant garder les mêmes pratiques relationnelles. Car la GDPR est d’abord une invitation à renverser ses pratiques relationnelles pour faire montre d’hospitalité vis à vis de ses clients ; et c’est ce renversement d’attitude qui est lui même porteur de croissance pour les marques. Avec la GDPR, l’hospitalité ouvre pour les marques de nouvelles perspectives de croissance.
Une étude publiée en Mai dernier par le gouvernement Britannique4 s’était alarmée sur le fait que seulement 30% des grandes entreprises du pays avaient commencé à prendre les mesures nécessaires à la mise en conformité de leurs pratiques d’utilisation des données, alors que la transcription dans la loi Britannique vient d’être réalisée en ce mois d’Août, et qu’elle survivra au Brexit. Les autres pays feront-ils preuve de la même insouciance, par rapport à une échéance qui dans la plupart des pays européens, a été fixée à Mai 2018 ?
La GDPR transforme radicalement la manière dont les entreprises utilisent les données. Il va falloir arrêter d’acheter des listes d’adresses, et même se débarasser des listes qu’on aura pu acheter auparavant. Contacter un client exigera d’avoir les permissions nécessaires, sauf à s’exposer à des amendes prévues pour atteindre jusqu’à 4% du chiffre d’affaires.
Il n’y aura donc pas d’échappatoires.
Mais n’est-ce pas justement l’opportunité d’une prise de conscience salutaire dans le futur de la relation client ? Quelle marque aujourd’hui a encore besoin d’avoir accès à des millions de noms dont simplement un infime pourcentage montre un intérêt pour ses propositions ? Ne vaudrait-il pas mieux établir une véritable relation avec moins de clients mais qui ont un véritabe intérêt à avoir un dialogue, un échange, une conversation avec la marque ?
N’est-il pas temps, tout simplement, que les marques apprennent à devenir hospitalières vis à vis de leurs clients ?
Et si la GDPR n’était qu’un manifeste pour l’hospitalité des marques ? Une manière de sauver les marques traditionnelles à l’heure du digital ? La dernière opportunité à saisir avant liquidation ou reprise par les acteurs de la nouvelle économie ?
En développant leur hospitalité pour se mettre en conformité avec la GDPR, ce n’est pas tant l’amende que les marques vont éviter, c’est leur futur qu’elle vont assurer.
Aucune raison d’attendre. Embrassons la GDPR en développant l’hospitalité des marques (5).

 

 

(1) Le Cluetrain Manifesto (Manifeste des évidences) est un texte rédigé par Rick Levine, Christopher Locke, Doc Searls, et David Weinberger. Il est d’abord diffusé sur le web en 1999 comme un ensemble de quatre-vingt-quinze thèses, puis est publié sous forme de livre en 2000 avec les thèses prolongées de sept essais. https://www.amazon.com/Cluetrain-Manifesto-End-Business-Usual/dp/0738204315
(2) Etude 2016 Interbrand : http://interbrand.com/best-brands/best-global-brands/2016/
(3) Etude de la Commission Européenne : https://ec.europa.eu/commission/publications/why-we-need-digital-single-market_en
(4) Citée par Tanya Joseph dans le magazine Marketing Week (UK) du 7 Août 2017, New data laws are a chance to reset customer relationships : https://www.marketingweek.com/2017/08/07/tanya-joseph-data-law/
(5) Cf, “Manifeste pour l’Hospitalité des Marques”, Georges-Edouard DIAS, Edition Netexplo : https://www.amazon.fr/dp/2954667230/

Personal branding : pourquoi se raconter devient indispensable

By |November 21st, 2021|Categories: Scoop.it|

Qu'il s'agisse des candidats déclarés ou potentiels à l'élection présidentielle de 2022 comme de postulants à une prestigieuse fonction en entreprise, toutes et tous, pour décrocher le Graal, s'emploient à sortir du lot. Conscients que démontrer leurs compétences - un prérequis - ne suffit plus, il leur est aujourd'hui demandé de savoir raconter, avec simplicité, tact et cohérence, une histoire. La leur en l'occurrence, à faire entrer en résonnance avec leur auditoire. Tels sont, en substance, les principes du marketing de soi. Un « personal branding », en jargon professionnel, qui s'arc-boute sur une volonté d'incarner un changement, manie l'art de le faire savoir et qui, corrélé au regard des autres ainsi qu'à la maîtrise de sa propre image et des codes du numérique, ne cesse de gagner du terrain. Offrir l'histoire que l'on se raconte Donald Trump, Barack Obama, la jeune militante écologiste Greta Thunberg , la femme d'affaires Kim Kardashian ou encore Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, tous font figure de champions du récit (ou « storytelling », comme disent les Anglo-Saxons) avec l'impact que l'on connaît. Les techniques narratives du personal branding sont si convaincantes que même les dirigeants d'entreprise songent à nommer des « chief storytelling officers » (managers conteurs) ! « Travailler une marque personnelle comme commerciale requiert une exigence folle », prévient Georges Lewi, expert du storytelling et des marques. « L'enjeu n'est pas de se créer un personnage fantasmé mais de dévoiler des pans de sa personnalité d'une façon plus remarquable encore qu'on ne le fait naturellement ou inconsciemment », précisent Géraldine Galindo , Gaëlle Copienne et Gayanée Pierre dans « Le Personal Branding : pourquoi et comment en faire un atout professionnel ? » (Dunod). Garrett Camp, Travis Kalanick et Oscar Salazar, les fondateurs d'Uber, l'ont bien compris, eux dont le récit prend racine à Paris, en 2008, alors qu'ils assistent au Salon LeWeb et pestent contre les taxis parisiens, à leurs yeux aussi inefficaces que ceux de San Francisco. Parler ainsi de soi, c'est offrir l'histoire que l'on se raconte aux autres, par le biais de « techniques empruntées au marketing, à la psychologie et au développement personnel », résume Marie Beauchesne dans son ouvrage « La marque, c'est moi », publié par Dunod. Failles ou éléments disruptifs « Le parcours, les diplômes, les fonctions n'intéressent plus personne dès lors qu'il y a concurrence entre plusieurs individus. Au-delà des mots à choisir, de l'aspect physique, de la posture, la voix, etc., il devient nécessaire de se différencier avec de l'humain, une histoire singulière, des failles, de la disruption… pour convaincre et embarquer les gens », poursuit Georges Lewi en se remémorant le « en même temps » et le positionnement résolument tourné vers l'avenir du candidat Emmanuel Macron en 2017. « Les cinq personnalités LR actuellement en lice redoutent, à tort, de trop se différencier alors que celle ou celui qui osera raconter une histoire différente pourrait remporter la mise », juge l'expert en marketing, aussi auteur de « L'Art de se (la) raconter », publié par Mardaga. Tout cela, bien entendu, vaut en politique comme en entreprise. A condition de ne tomber ni dans le faux-semblant ni dans la volonté de manipulation. Le fondateur et directeur général de Tesla, Elon Musk , à la fois « bad boy » et premier de la classe, est un conteur par excellence. En France, dans un tout autre genre mais avec un véritable talent pour le récit, on pourrait citer un Michel-Edouard Leclerc ou des Pierre Dubuc et Mathieu Nebra, les cofondateurs d'OpenClassRoom , dont l'ambition est d'exercer un impact direct sur l'emploi. Aussi des personnalités moins connues comme Elena Poincet , ex-militaire qui a cofondé Tehtris, en 2010, pour lutter contre le cyberespionnage et le cybersabotage mais qui n'était guère écoutée à l'époque. Son histoire authentique et singulière lui a valu de tout récemment décrocher le Bold Woman Award 2021 de Veuve Clicquot (groupe LVMH, propriétaire des « Echos »). Ou encore, tous deux aussi distingués par un trophée « Bold : Guillaume Richard, CEO de OuiCare, - très soucieux de parité entre femmes et hommes - qui imagine son groupe leader mondial des services à la personne dans quinze ans, et Amélia Matar , fondatrice de Colori, dont le combat est de concilier numérique et inclusion. Un combat, un mentor et une cohérence Mais s'il s'avère difficile de dire qui on est ou ce que l'on veut, il peut alors être plus aisé d'exprimer, dans un récit, ce que l'on combat, estime Georges Lewi. Les artistes, à l'image de l'artiste de rue Banksy qui pourfend l'ordre établi, le font très bien. Mais baser une histoire sur ce que l'on déteste ne suffit pas, il convient aussi de se trouver un mentor existant, passé ou imaginaire. Par exemple, un héros de la Grèce antique, un personnage historique, de roman, de cinéma… à introduire dans son récit. « En se trouvant de grands référents qu'ils ramènent à une situation actuelle, les storytellers cherchent une forme de stabilisation pour démontrer que nous tous, humains, ne sommes pas seuls », décrypte Georges Lewi. Gare toutefois au risque d'anachronismes ! Après quoi, il ne reste plus qu'à mettre le tout en cohérence avec une vision. Le plus gratifiant étant de promouvoir sa singularité pour servir, in fine, quelque chose de bien plus grand que soi - un pays, une organisation, une entreprise, une communauté. Toujours sans faux-semblant ni volonté de manipulation. Un art difficile mais en pleine expansion.

Les changements de mode de consommation sapent le marché de l’habillement

By |November 21st, 2021|Categories: Scoop.it|

consommation en France. Les ventes de produits d’électroménager ont bondi de 30 % au premier semestre 2021 et de 12 % par rapport à 2019, selon une étude GFK. Les commerçants d’articles de bricolage continuent aussi de se frotter les mains : après un bond de 13 % en 2020, l’activité des Leroy-Merlin, Castorama et autres enseignes d’articles de décoration est en hausse de 18,4 % à fin septembre, par rapport à la même période de 2019, selon la Fédération des magasins de bricolage et de l’aménagement de la maison. Nombreux sont aussi les consommateurs à gâter leurs enfants : les ventes de jeux et jouets sont en hausse de 4 % à fin septembre sur un an, selon les chiffres du panéliste NPD, et de 4,8 % par rapport à 2019. Lire l’enquête : Article réservé à nos abonnés Vendre avant de fabriquer : quand la précommande bouscule la mode Mais, acheter un jean, un manteau ou une paire de chaussures est une tout autre histoire. Au sein de la distribution d’habillement, la crise perdure. En dépit d’une hausse de 6,6 % des ventes de vêtements et de produits textiles en France, sur la période de janvier à septembre 2021, par rapport à 2020, le marché hexagonal est en recul « de 12 % par rapport à l’année 2019 », a rappelé Gildas Minvielle, directeur général de l’observatoire économique au sein de l’Institut français de la mode (IFM), lors du colloque Fashion Reboot, organisé jeudi 18 novembre à Paris. Entrée de gamme A l’exception de la vente en ligne, dont l’activité est en progression de 20 %, tous les circuits sont en berne. Les grands magasins ont perdu 32 % de leur chiffre d’affaires en moyenne, sur neuf mois, à fin septembre, faute de fréquentation touristique. Les hypermarchés et supermarchés ont vu leurs ventes d’habillement plonger de 17,8 %. Et les enseignes spécialisées ont perdu 15 % de ventes en deux ans.

Rothschild & Co profite de l’euphorie sur le marché des fusions et acquisitions

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

Dans la banque privée et la gestion d'actifs, qui intègre pour la première fois l'acquisition de la Banque Pâris Bertrand, les revenus ont progressé de 29 %, à 151 millions d'euros. Dans le capital-investissement et la dette privée, ils ont bondi de 78 %, à plus de 47 millions. La banque a clôturé au troisième trimestre un fonds de dette privée de 1,4 milliard d'euros, dépassant son objectif initial.

EXCLUSIF – Binance : le patron de la plus grande plateforme de cryptos mondiale détaille ses ambitions pour la France

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

Il y a clairement des avantages à opérer une plateforme de grande taille. Chez Binance, notre leadership mondial (70 % de part de marché devant Coinbase qui en a 8 %) nous permet d'investir des centaines de millions de dollars pour améliorer nos infrastructures (robustesse, sécurité, services clients…). Investir sur une plateforme importante est moins risqué et meilleur marché (en termes de commissions) pour un investisseur. La régulation favorise les acteurs de taille importante qui peuvent en acquitter le coût. Sur plus de 3.500 collaborateurs de Binance, 600 (plus de 15 %) sont chargés de la conformité et des relations avec les différents régulateurs et nous en avons recruté 150 en 2021. Nous offrons aussi une meilleure liquidité. Toutefois, les petites plateformes sont parfois plus innovantes et plus à l'écoute des besoins de la clientèle locale. A court terme, les grandes plateformes devraient accroître leur part de marché, mais quand ce dernier deviendra plus mature, de nouveaux acteurs de niche pourraient émerger. La Chine semble toujours très réticente à l'égard des cryptos. Pourquoi ? Le gouvernement chinois est très négatif à l'égard des cryptos, mais il se dit très ouvert à la technologie de la blockchain. En tant que particulier, vous pouvez avoir un portefeuille qui contient des bitcoins et ethers, ce n'est pas illégal en soi, mais la Chine ne veut pas de plateformes de trading de cryptos sur son sol, ni d'ICO (émissions de jetons, NDLR), ni de « fermes de minage ». ANALYSE - Le e-yuan, l'anti-bitcoin au service de l'hégémonie de Pékin Dans le même temps, le pays se mobilise pour son yuan digital. Il veut appliquer sur les cryptos ce qu'il a fait avec Internet (Google) et les réseaux sociaux (Facebook) en lançant sa propre monnaie digitale et en refusant toute initiative venant de l'étranger. Les autres cryptos sont perçues comme une menace pour le yuan digital. Il existe en revanche un certain nombre de sociétés chinoises dans le secteur de la blockchain.

Comment Coinhouse veut devenir la première « cryptobanque » européenne

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

Avec ce produit et ce discours, Coinhouse veut démocratiser l'investissement dans les cryptomonnaies auprès d'un public plus large d'épargnants ou d'entreprises n'y ayant pas encore mis un pied. La fintech promet un rendement fixe de 5 % annualisé, pour un ticket d'entrée de 43.000 euros au minimum. Les fonds sont bloqués trois mois mais peuvent ensuite être retirés à tout moment, sans commission d'entrée, de sortie ou de gestion. Le capital n'est pas garanti. Malgré son nom, ce produit n'est donc pas sans risque ni sans contrainte et n'a donc rien à voir avec les produits d'épargnes classiques avec lesquels Coinhouse s'est comparé dans une large campagne de publicité cet été. Avant ce livret, Coinhouse a également développé un service de conseil en investissement, afin d'accompagner les utilisateurs de son application dans leurs investissements, à la manière d'un conseiller bancaire. Elle revendique 2.500 clients accompagnés. Pour parfaire son image d'établissement quasi traditionnel, Coinhouse veut ensuite développer des services de paiement. « La blockchain permet aujourd'hui de réaliser une grande partie des métiers bancaires, tout en se passant des intermédiaires que sont Visa, Mastercard ou Western Union, ainsi que d'une partie du système bancaire lui-même », assure Nicolas Louvet.

BNP Paribas Réunion écope d’une amende de 3 millions d’euros – Réunion la 1

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

a banque est condamnée à payer une amende de 3 millions d'euros pour avoir facturé des frais à tort à ses clients et pour ne pas avoir respecté les plafonds de frais réglementaires. BNP Paribas Réunion dispose d'une quinzaine d'agences dans le département. GB/JRR • Publié le 12 novembre 2021 à 12h38, mis à jour le 12 novembre 2021 à 12h44 L'information a été révélée ce 11 novembre par le quotidien national "Les Echos". L'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation, l'ACPR, a infligé à la banque un blâme et une sanction de 3 millions d'euros. La filiale de BNP, qui dispose d'une quinzaine d'agences sur tout l'île, avait été contrôlée entre juillet 2019 et janvier 2020. A la suite, une procédure disciplinaire avait été ouverte. Regardez le reportage de Réunion la 1ère :  passer l'intro ©reunion   Les raisons de la sanction Depuis 2009, BNP Paribas Réunion réclamaient à ses clients des pénalités. Le problème, c'est qu'elles étaient disproportionnées. Le préjudice subi par les clients pourrait s'élever à 3 millions d'euros. L'établissement est pointé du doigt pour divers excès : le non-respect des plafonds réglementaires de frais bancaires (des frais de rejet de chèques disproportionnés, idem pour les incidents lors des prélèvements). la banque s’est également vu reprocher le manque d’information aux clients sur les frais payables. Enfin, l'insuffisance de contrôle interne qui vise à garantir la conformité des factures. BNP Paribas Réunion dit prendre acte de la décision rendue par l’ACPR, précisant que "tous les éléments identifiés par l’ACPR ont fait l’objet d’actions de remédiation". En juillet 2020, BNP Paribas Réunion avait déjà été pointé du doigt par un rapport de l'Observatoire de l'inclusion bancaire (OIB) de la Banque de France pour ne pas avoir respecté les engagements du secteur bancaire envers la clientèle fragile. partager l'article Les Outre-mer en continu À tout moment, suivez l’actu des territoires d’Outre-mer et échangez avec nos journalistes ! il y a 1 minute Commentez, likez, partagez l’actu ! Participez en publiant une question, une réaction, un moment de vie... 1.5k Outre-mer accès à l’actu en continu À la une Replay des journaux télévisés • Le journal de 12h30 du vendredi 12 novembre 2021, présenté par Gaëlle Malet santé • Maurice : décès d'une enfant de 18 mois gravement malade et positive à la Covid politique • Le PCR rend hommage à Paul Vergès 5 ans après sa disparition Voir plus d'info

Etude Greenly : 2 semaines de COP 26 = 1 an d’émissions annuelle CO2

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

L’empreinte carbone de la COP 26 à Glasgow est estimée à 87 741 tonnes CO2eq, c’est- à-dire l’équivalent des émissions annuelles de 7 916 Français, du volume de carbone séquestré par 46 731 hectares de forêt en croissance*, soit l’équivalent en Hectars de 2,2 fois la forêt de Fontainebleau chaque année.   Avec quelque 39 000 participants, les émissions de la COP 26 représentent  2,2 tonnes CO2eq par personne, c’est-à-dire presque exactement l’objectif d’émissions totales annuelles fixé par les Accords de Paris. Ces émissions ont été émises en moins de deux semaines.  Cela représente également 20% des émissions annuelles d’un Français aujourd’hui.   Ces émissions sont à 97% le fait de déplacements en avion vers l’Ecosse, dont 30% du aux quelque 400 jets privés qui ont acheminé les nombreuses personnalités de la COP 26. Pour mémoire, un trajet en jet privé rejette en moyenne 1,3 kg de CO2 par kilomètre par personne, contre 150g pour un trajet en avion collectif, soit près de 10 fois plus. Les quelque 1900 voyageurs acheminés par jet ont ainsi émis un tiers de ce que les quelque 38000 autres participants. Les autres émissions, inférieures à 3% sont dues au logement et aux frais de bouche des conférenciers.       L’étude Greenly vise à souligner que ces émissions sont loin d’être une fatalité, avant même que ne décolle l’avion à hydrogène, censé être neutre en carbone. De multiples voies de réduction existent. Les délégations envoyées par chaque gouvernement, entreprise ou ONG auraient pu être plus petites. Le nombre de jet privés aurait pu être réduit. Les conférenciers européens disposaient de l’option du train. A cela s’ajoute la possibilité de participer par visioconférence aux débats, comme a souhaité le faire Simon Kofe, ministre des Affaires étrangères de Tuvalu, un archipel au cœur de l’océan Pacifique, pour montrer l’exemple.  

JPMorgan Doubles Down on Bitcoin Price Prediction of $146K – Markets and Prices

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

JPMorgan released an inaugural report of its new publication last week focusing on the outlook for alternative investments, including digital assets. A new report is expected to be released every two to three months. The firm’s analyst Nikolaos Panigirtzoglou has predicted that the price of bitcoin could reach $146K in the long term, with a short-term price target of $73,000 for 2022. “Digital assets are on a multi-year structural ascent, but the current entry point looks unattractive in our opinion for an investment horizon of 12 months as bitcoin appears to have returned to overbought territory,” he explained. The JPMorgan analyst added: “The re-emergence of inflation concerns among investors during September/October 2021 appears to have renewed interest in the usage of bitcoin as an inflation hedge.” Reiterating his “bullish outlook” for BTC made in October, he wrote: Bitcoin’s allure as an inflation hedge has perhaps been strengthened by the failure of gold to respond in recent weeks to heightened concerns over inflation.

En 2022, les voitures Mercedes-Benz proposeront le paiement embarqué

By |November 12th, 2021|Categories: Scoop.it|

Daimler Mobility vient de signer un partenariat avec Visa afin de proposer des paiements embarqués « natifs ». Dès 2022, les détenteurs de véhicules Mercedes-Benz en Europe pourront valider leurs achats de biens et services grâce à leur empreinte digitale. Avec ce partenariat entre Daimler Mobility et Visa, le véhicule lui-même va devenir un dispositif de paiement biométrique, grâce à la technologie d’authentification déléguée (Delegated Authentication Technology) de Visa. Au Printemps 2022, seuls les clients de Mercedes-Benz au Royaume-Uni et en Allemagne pourront effectuer des paiements à l’aide d’un capteur d’empreintes digitales intégré dans la voiture. D’autres marchés européens puis internationaux suivront ensuite. Il sera ainsi plus facile de payer une chambre d’hôtel ou un ticket pour un musée depuis le confort de sa voiture. Daimler Mobility est convaincue que l’achat intégré dans la voiture va continuer de prendre de l’importance, notamment dans le luxe. La société met en avant deux études qui révèlent qu’au cours des deux prochaines années, le nombre de voitures connectées atteindra plus de 352 millions dans le monde et le volume total des paiements embarqués s’élèvera environ à 86 milliards de dollars d’ici 2025. C’est pourquoi la société a déjà lancé Mercedes pay, sa plateforme permettant aux clients d’acheter des biens et des services directement depuis leur voiture.

Load More Posts